Crédit : AFP

LNH

Roberto Luongo devance Ed Belfour et Tony Esposito

Publié | Mis à jour

Sans faire de bruit, le gardien des Panthers de la Floride Roberto Luongo continue de faire sa place parmi les grands.

En blanchissant les Bruins de Boston mardi soir, le Montréalais s’est hissé au neuvième rang pour le plus grand nombre de jeux blancs dans la Ligue nationale de hockey (LNH) avec 77 en carrière. Il a ainsi devancé Ed Belfour et Tony Esposito.

Le vétéran de 39 ans n’est qu’à cinq blanchissages de Jacques Plante en cinquième place et à sept de Glen Hall au quatrième rang. Et avec ses 476 victoires, il ne lui reste que huit gains pour rejoindre Ed Belfour au troisième échelon, derrière deux autres Québécois, Patrick Roy et Martin Brodeur.

Cet exploit a été réalisé au moment où il revenait au jeu après une absence de cinq rencontres en raison d’une blessure au genou, sa deuxième de la saison.

«C’était super pour Luongo de revenir, a dit l’entraineur-chef Bob Boughner au site NHL.com. Son contrôle des retours était incroyable. Il est passé au neuvième rang et il l’a fait de brillante façon.»

Un mauvais contrat?

Même s’il a été souvent blessé ces dernières années, ne disputant que 40 rencontres en 2016-2017, 35 en 2017-2018 et seulement 10 jusqu’à présent cette année, le Québécois est excellent lorsqu’il est devant le filet.

Son taux d’efficacité était de ,929 l’an dernier et il est de ,914 cette saison.

Plus personne ne parle de son long contrat de 12 ans avec une moyenne salariale de 5,33 millions $ par saison, signé avec les Canucks de Vancouver en vue de la campagne 2010-2011.

«Mon contrat est merdique. Je le mettrais aux poubelles si je pouvais maintenant», avait-il candidement affirmé en anglais en 2013 après avoir exigé un échange, lui qui en arrachait à la fin de son séjour à Vancouver.

Cette saison, il n’est payé que 3,38 millions $ selon le site CapFriendly, une aubaine s’il reste le moindrement en santé. Et celui qui ne montre aucun signe de ralentissement lorsqu’il est sur la glace ne sera payé que 1,6 million $ l’an prochain et 1 million $ pour les deux campagnes suivantes.

Plus tôt cette saison, il a mentionné qu’il avait l’intention de jouer jusqu’à la fin de cette entente, et ainsi peut-être remporter une première coupe Stanley.