LNH

«Je vois la lumière au bout du tunnel» - Jean-Gabriel Pageau

Publié | Mis à jour

Jean-Gabriel Pageau aurait tellement aimé affronter le Canadien dans la série de deux matchs en 48 heures, mais le sort en a voulu autrement.

Une déchirure du tendon d’Achille de la cheville droite, subie lors des tests physiques de sa formation, le 13 septembre dernier, avant même que ne s’amorce le camp d’entraînement, est venue tout bousiller.

Opéré le soir même, il a reçu un verdict brutal des médecins : sa convalescence devait durer entre quatre et six mois.

«Pour le timing, on ne pouvait trouver pire moment, a indiqué l’attaquant des Sénateurs d’Ottawa en entrevue au "Journal de Montréal", mercredi. Je revenais du Championnat du monde, j’étais motivé au plus haut point. On me réservait de plus grandes responsabilités au sein de l’équipe. Et puis... bang! J’ai vécu une semaine difficile après l’opération, mais là, je n’ai aucune raison d’être frustré.»

Progression prometteuse

Grâce à son acharnement en gymnase, combiné aux traitements assidus des physiothérapeutes de l’équipe, l’attaquant originaire de Gatineau souhaite devancer l’échéancier initialement fixé.

Pageau est retour sur patins depuis deux semaines et s’entraîne [sans contacts] avec ses coéquipiers.

«Je ne peux avancer de date précise, avoue l’athlète de 26 ans. Mais je me sens beaucoup mieux. Je suis dans le dernier droit de ma période de réadaptation. Imaginez, il n’y a pas si longtemps, j’étais incapable de marcher. Ma progression est prometteuse. Je vois la lumière au bout du tunnel.»

Souvenirs mémorables

Choix de quatrième ronde des Sénateurs (96e au total) en 2011, Pageau avoue que ces duels contre le Canadien lui permettent de ressasser de bons souvenirs.

Rappelez-vous ces trois buts en séries éliminatoires contre cette même formation en mai 2013, en route vers une victoire convaincante de 6 à 1 à Ottawa. On connaît la suite, les Sénateurs avaient éliminé le CH en cinq rencontres.

«C’est sûr que j’ai toujours aimé jouer contre le Canadien. Ça me manque, a-t-il relaté. J’ai une grosse motivation à affronter cette équipe.»

Éloges de l’entraîneur

Guy Boucher ne s’en cache pas, il souhaite revoir Pageau le plus tôt possible au sein de sa formation.

«On espère un retour vers la mi-janvier, a affirmé l’entraîneur en chef des Sénateurs. Juste sa présence sur patins avec ses coéquipiers est appréciée. Il a un gros impact dans le vestiaire. C’est le genre de joueur capable de tout faire sur la patinoire et il apporte beaucoup de combativité et de fiabilité.»