SPO-CANADIENS-BRUINS-LNH

Crédit : Joël Lemay / Agence QMI

Canadiens

Rétrogradé, Victor Mete garde le moral

Publié | Mis à jour

Victor Mete aura eu le temps de jouer 72 matchs dans la Ligue nationale de hockey (LNH) avec le Canadien de Montréal avant de découvrir la réalité de la Ligue américaine. S’il sait très bien qu’il n’aura pas le temps de s’enraciner avec le Rocket de Laval, le jeune défenseur de 20 ans souhaite profiter de ce passage pour recharger ses batteries.

Avec le Rocket, Mete a troqué le numéro 53 pour le 8. Il a maintenant un gros R comme logo sur son chandail. Mais la différence la plus significative se retrouve sur la glace. À ses deux premiers matchs sous la gouverne de Joël Bouchard, l’Ontarien a reçu des missions autant offensives que défensives. Il a aussi marqué son premier but dans les rangs professionnels dans un revers de 5 à 4 contre les Comets de Utica, samedi.

«J’ai joué plus de 24 minutes à mes deux premiers matchs, a raconté Mete lors d’entrevue avec "Le Journal de Montréal". C’est bon pour moi. Si je jouais dans la LNH en ce moment, je jouerais seulement 12 minutes par rencontre. C’est difficile de gagner la confiance des entraîneurs quand tu ne joues pas beaucoup.

Maintenant, j’ai juste à prouver que je peux jouer de grosses minutes contre de bons joueurs. En faisant mon travail, je finirai par attirer l’attention des dirigeants du CH. C’est mieux pour moi de jouer beaucoup que de rester sur le banc.»

Propos rassurants

Mete n’a pas boudé quand il a appris son renvoi à Laval, le 29 novembre.

«Oui, ç’a été un petit choc, mais j’ai rapidement compris la décision du Canadien. Ils m’ont envoyé à Laval pour me permettre de jouer un plus grand rôle et d’obtenir de bonnes minutes. Je réalisais que le Canadien avait besoin de sortir un joueur de la formation pour réinsérer Paul Byron. J’étais un choix facile puisque je n’avais pas à passer par le ballottage. C’était logique. Je ne veux pas me stresser, je sais que je reviendrai à Montréal. L’an dernier, j’avais aussi profité du Championnat du monde junior pour regagner en confiance. J’étais revenu plus fort avec le CH.

«C’était rassurant d’entendre Claude [Julien] dire que je représente le futur, mais aussi le présent du Canadien, a-t-il poursuivi. J’ai toujours confiance en moi. Si je reçois un rappel avec le Canadien, je chercherai à ne plus jamais revenir dans la Ligue américaine!»

Bouchard a déjà établi son plan de match avec le jeune défenseur.

«Il est arrivé ici avec une super bonne attitude. La Ligue américaine reste une très bonne ligue. J’ai établi en partant avec lui qu’il ne marquera pas trois buts et ne récoltera pas deux passes à son premier match. Premièrement, ce n’est pas ce genre de joueur. Deuxièmement, il est ici pour augmenter ses minutes de jeu, nous voulons lui offrir du temps de qualité dans des situations importantes. Ici, c’est une ligue de développement, il a plus de temps pour apprendre.»