LNH

Place au jour J pour Seattle

Publié | Mis à jour

Au fil des dernières années, la Ligue nationale de hockey (LNH) n’a jamais caché son intention de s’établir un jour à Seattle. C’est mardi que cette ambition deviendra réalité.

À moins d’un dénouement totalement inattendu, les gouverneurs voteront mardi matin en faveur de l’ajout de Seattle pour élargir les cadres de la ligue à 32 équipes par voie d’expansion.

En fait, la seule question qui demeure à éclaircir est la date d’entrée en fonction de la nouvelle équipe. Le groupe de Seattle, mené par le propriétaire éventuel David Bonderman, pousse pour une entrée en scène dès la saison 2020-21, même si le projet de rénovation majeure du KeyArena au coût de 700 millions ne sera fort probablement pas complété à temps.

La ligue pense quant à elle qu’il est plus réaliste de viser 2021-22. Il y a les délais pour l’aréna, mais il est aussi facile de déduire que la LNH souhaite s’éviter l’affront d’introduire une 32e équipe dans une année qui pourrait potentiellement être marquée par un autre conflit de travail avec les joueurs.

«Ce que j’ai dit en septembre, c’est qu’on pourrait attendre jusqu’au début de la prochaine année pour décider de la date, mais que ça pourrait aussi se faire avant. Vous devrez donc tous revenir demain (mardi) pour en savoir plus», a souri Gary Bettman.

Les Coyotes dans la Centrale

Avec l’arrivée de Seattle dans la division Pacifique, tout indique que les Coyotes devront déménager dans la section Centrale. Encore là, motus et bouche cousue du côté des bonzes du circuit.

«Nous verrons demain (mardi), mais je dirais que le réalignement proposé dans le cadre d’une expansion a été présenté par le comité exécutif à l’ensemble du groupe (en septembre). Si l’expansion est approuvée, le réalignement sera aussi approuvé. Nous avons pensé à différents scénarios, mais l’option la plus logique a été celle qui a été recommandée», a mentionné Bill Daly.

En santé

Quant au fait que le plafond salarial soit passé de 39 millions au retour du lockout, en 2005-06, à 83 millions dans les projections pour l’an prochain, Daly, a conclu qu’il s’agissait d’un indicateur évident de l’état des coffres de la ligue.

«Le fait que le plafond continue de monter signifie que nos revenus montent aussi. Ça veut donc dire que notre sport est plus en santé qu’il ne l’a jamais été. C’est bon pour la ligue, c’est bon pour les joueurs, c’est bon pour tout le monde.»

Voyez, dans la vidéo ci-dessus, le point de presse intégral de Gary Bettman.