Boxe

L’état d’Adonis Stevenson se stabilise

Publié | Mis à jour

L’état du boxeur Adonis Stevenson est en train de se stabiliser, a indiqué dimanche son promoteur Yvon Michel.

Toujours hospitalisé aux soins intensifs d’un centre hospitalier de Québec, le pugiliste de 41 ans, qui est plongé dans un coma artificiel, demeure entouré de ses proches.

«L’état d’Adonis est passé de critique à une évolution vers la stabilité d’hier à aujourd’hui [de samedi à dimanche] ce qui est, dans les circonstances, une bonne nouvelle, a commenté Michel sur son compte Twitter. Il reprend ses forces en sédation contrôlée. Toute sa famille, sa conjointe Simone et le Groupe Yvon Michel tiennent chaudement à remercier les très nombreuses personnes qui prennent le temps de faire parvenir des messages réconfortants.»

Un K.-O. brutal

Après avoir subi un knock-out brutal contre Oleksandr Gvozdyk samedi soir, Stevenson a été envoyé à l’hôpital quelques minutes suivant l’affrontement. Michel avait ensuite confirmé sur les réseaux sociaux de sa compagnie, dans la nuit de samedi à dimanche, que son protégé se trouvait dans un état critique.

Puis, dimanche matin, l’homme d’affaires a informé que Stevenson a été placé dans un coma artificiel par mesure préventive en raison d’une possible hémorragie cérébrale. Il était dans un état stable.

Les journées de lundi et de mardi seront décisives pour le boxeur de 41 ans.

«C’est un accident et c’est un événement qui n’était pas prévisible, a souligné Michel. Je n’ai jamais vécu pareille situation en 38 ans de carrière.»

Tout a commencé au 11e round infernal du duel contre l’Ukrainien Gvozdyk. Lors de cet assaut, Stevenson a été ébranlé à au moins deux reprises par son adversaire par des coups de puissance.

Il a fini son travail de démolition avec une combinaison dévastatrice à la tête. Après le dernier coup, «Superman» s’est écrasé au tapis. L’arbitre Mike Griffin a aussitôt arrêté le combat. Stevenson a eu besoin de plusieurs minutes pour se relever et il n’a pas été en mesure d’aller au centre du ring pour l’annonce de la victoire de Gvozdyk.

«J’espère que l’arbitre ne se sent pas coupable, a mentionné Bob Arum lorsque rencontré dans le hall d’entrée du Bonne Entente. Il n’aurait pas pu arrêter le combat après la première série de coups puissants de Gvozdyk.

«La foule aurait chahuté sa décision.»

Une douche froide

Stevenson a retraité au vestiaire de peine et de misère avec l’aide de l’un de ses gardes du corps. Quelques minutes plus tard, il a reçu le feu vert du médecin de la Régie des alcools, des courses et des jeux du Québec (RACJQ).

Il avait retrouvé ses esprits au point où il a été en mesure de discuter avec Yvon Michel au sujet des cartes de pointage. Stevenson a mentionné à son promoteur qu’il aurait aimé être plus agressif.

Par la suite, «Superman» est allé prendre une douche. À sa sortie, il a recommencé à avoir des étourdissements. À ce moment-là, il avait de la difficulté à se tenir debout. Le médecin Francis Fontaine a été appelé dans le vestiaire pour une deuxième évaluation.

Il a constaté que les symptômes étaient assez importants pour envoyer le boxeur à l’hôpital en ambulance. Selon nos informations, Stevenson aurait perdu connaissance pendant le trajet vers l’hôpital de l’Enfant-Jésus de Québec.

Dans les heures suivant ces événements, on a assisté à une vague d’encouragements et de prières à l’endroit de Stevenson de la part de la communauté de la boxe sur les réseaux sociaux.

Avec Agence QMI