Boxe

Adonis Stevenson mis K.-O.

Publié | Mis à jour

Adonis Stevenson n’est plus champion du monde. Oleksandr Gvozdyk a mis fin à son règne samedi soir de façon éclatante au Centre Vidéotron.

L’Ukrainien (16-0, 13 K.-O.) l’a emporté par un knockout brutal au 11e round pour devenir champion du monde WBC des mi-lourds devant une foule médusée. Gvozdyk a mis ainsi fin à la séquence de 10 défenses consécutives de Stevenson (29-2-1, 24 K.-O.) qui était champion depuis 2013.

Le protégé de Top Rank été patient au début de l’engagement avant d’ouvrir la machine dans les deux dernières minutes. Tout d’abord, il a ébranlé le Québécois avec une bonne droite. Stevenson était gelé debout avant de tomber en mode survie pour les secondes suivantes.

Puis, l’aspirant obligatoire a flairé le sang et il a fini le travail avec une belle combinaison. La dernière droite a envoyé Stevenson au pays des rêves. Celui-ci a eu besoin de plusieurs minutes avant de retrouver ses esprits.

Il a retraité péniblement au vestiaire avec l’aide d’un de ses gardes du corps.

** Mise à jour: le promoteur Yvon Michel a indiqué sur les médias sociaux, durant la nuit, que Stevenson était dans une «condition critique» à l'hôpital, où il se trouvait aux soins intensifs, entouré de sa famille et des dirigeants de Groupe Yvon Michel.

 

Une deuxième vitesse

Stevenson a connu un bon départ en prenant les devants sur les cartes des juges en réussissant plusieurs bonnes attaques.

Toutefois, Gvozdyk a été en mesure de bien absorber les coups et il n’a jamais été ébranlé dans la première moitié du combat. L’Ukrainien se déplaçait bien et utilisait son jab pour garder son adversaire à distance.

On a eu droit à un excellent spectacle technique et les deux boxeurs ont joué aux échecs pendant tout le combat. Comme on s’y attendait, le rythme du duel a augmenté d’un cran à compter du septième round. Gvozdyk a été plus incisif et il a commencé à toucher Stevenson plus souvent.

Par contre, le protégé de GYM a été en mesure de remporter quelques rounds. Il a notamment ébranlé Gvozdyk au 10e qui a eu besoin des câbles pour l’empêcher de tomber au plancher. Il a été capable de résister à la tempête.

Cependant, le vent a changé de côté à 180 degrés lors du round suivant et ce fut la fin des émissions pour le champion Stevenson.

«On a été patients comme on le souhaitait, a souligné l’entraîneur de Gvozdyk, Teddy Atlas. On a demandé à Oleksandr de prendre ce que Stevenson lui offrait. Il a suivi le plan de match à la lettre.

«Je suis très fier de lui. C’est une victoire émotive pour moi. Les juges ont été horribles et c’est criminel de la façon que ç’a été jugé.»

«J’attendais le bon moment et je l’ai eu, a indiqué Gvozdyk. Je n’ai pas été surpris par rien de sa part. J’ai été prudent et c’est pour cette raison que j’étais moins actif lors des premiers rounds.

C’est dommage pour «Superman», car deux des trois juges l’avaient gagnant sur leur carte. Les juges Cavalleri (96-94) et Woodburn (98-92) avaient une victoire en faveur du boxeur local. Pour ce qui est du juge Ross, il avait un verdict nul.

À l’hôpital

Après avoir pris sa douche, Stevenson s’est senti étourdi. Avec l’aide de son équipe, il s’est rendu de peine et de misère à une civière avant d’être transporté en ambulance vers l’hôpital le plus près du Centre Vidéotron.

«Superman» avait l’air encore dans les limbes alors qu’il portait une camisole. Il avait le regard vide alors que sa conjointe Simone God était inquiète de voir son homme dans cet état. Par la suite, ce fut au tour du reste de son entourage de se joindre à la scène.

(Avec la collaboration de Kevin Dubé)

Stevenson vaincu, Dicaire championne - TVA Sports

 

Voici un résumé de l’action, round par round:

1er round :

Les deux boxeurs s’étudient dans les premières secondes du duel. Stevenson place quelques bons coups avec la main arrière après deux minutes. L’Ukrainien montre beaucoup de respect au champion. Il est en attente et Stevenson ne veut pas se compromettre. Gvozdyk place un bon coup au corps.

2e round :

Adonis place une bonne main arrière après 30 secondes. Gvozdyk continue de se montrer prudent et est atteint solidement au visage par une gauche trente secondes plus tard. Stevenson est intimidant et son rival a «goûté» à sa puissance. Le round se termine sans trop d’action par la suite.

3e round :

Stevenson glisse et tombe dès la première seconde du round! Ça donne confiance à l’Ukrainien qui passe à l’attaque, mais le Québécois tient bon. Gvozdyk tente de prendre le centre du ring. Motivé par son entraîneur Teddy Atlas, le «challenger» est plus actif dans ce round. Le jeu de pied de l’Ukrainien lui permet d’éviter les coups de puissance du champion.

4e round :

Gvozdyk place une main arrière dès la 15e seconde et Stevenson répond immédiatement. La foule scande le nom du champion. Le Québécois place un solide coup au corps à mi-chemin dans le round. Stevenson prend le centre du ring, atteint Gvozdyk avec quelque secondes à faire dans ce round sans trop d’éclat.

5e round :

Pas beaucoup de coups qui portent dans la première minute. Gvozdyk se porte à l’attaque avec une minute à faire et amène son rival dans les câbles, sans faire de dommage. Il atteint ensuite Stevenson d’une bonne droite, mais le Québécois encaisse et reprend le centre du ring. L’Ukrainien perd l’équilibre dans les dernières secondes, le champion tente une main arrière en vain.

6e round :

Stevenson atteint Gvozdyk d’une bonne main arrière dès le début. Il place une autre bonne gauche après une minute. L’Ukrainien continue d’hésiter à vraiment passer à l’attaque. Mais sa défense reste hermétique. Le Québécois veut passer à l’attaque, contrôle le centre du ring, mais Gvozdyk danse, évite, lance des coups dans les dernières secondes pour voler le round, en vain.

7e round :

Gvozdyk lance des combinaisons, sa spécialité, dans la première minute. Stevenson veut répondre avec puissance. Il n’a pas aimé. Gvozdyk place un solide crochet de la gauche à la mi-round. Il lance plus de coups de qualité dans ce round, tente d’autres combinaisons. Beau round entre les deux boxeurs, avec des coups de qualité de part et d’autre.

8e round :

L’Ukrainien y va de quelques direct au début, Stevenson lui rend la pareille, place un bon coup au corps peu avant la 30e seconde. Deux bonnes droites au visage de la part de Gvozdyk à la première minute. Le rythme baisse dans la minute suivante. Ça reprend dans la dernière, le «challenger» devient plus efficace. Adonis cherche les ouvertures lui aussi.

9e round :

Stevenson place une bonne main arrière à la 30e seconde. En tente une deuxième, frappe le vent mais soudainement, son rival se méfie de nouveau. Le champion est plus actif qu’au round précédent. On s’échange de gros coups en plein centre de l’arène. Mais Gvozdyk est moins actif. Il tente des combinaisons en fin de round. Pas de dommages.

10e round :

Pas de dommages en début de round. Une main arrière de Gvozdyk passe à la première minute. Pas de dégâts. On va au corps à corps, sans artifices. Stevenson envoie valser son rival dans les câbles avec une bonne frappe. Pas de câbles, Gvozdyk irait au tapis. Mais la bataille continue. Stevenson en place une solide avec une minute à faire. Il y a un coup à jouer pour le champion. Mais Gvozdyk place une très bonne combinaison avec quelques secondes à faire... tout le monde reste debout et il y aura un 11e round!

11e round :

On est dans «les rounds de championnat». Gvozdyk, plus jeune de dix ans, voudra ouvrir la machine. Les deux têtes se touchent à la première minute. Temps d’arrêt, on recommence. Gvozdyk ouvre la machine avec un peu plus d’une minute à faire et le champion est dans les câbles, mais résiste! Le «challenger» est plus incisif. Gvozdyk se déchaîne, Stevenson va au tapis avec environ 30 secondes à faire! C’est terminé!