Boxe

Marie-Ève Dicaire championne du monde!

TVA Sports et Agence QMI

Publié | Mis à jour

Après la défaite d’Adonis Stevenson, Marie-Ève Dicaire a sauvé le spectacle pour le Groupe GYM alors qu’elle est devenue championne IBF du monde des super-mi-moyens.

La Québécoise (14-0, 0 K.-O.) est venue à bout de l’Uruguayenne Chris Namus (24-5, 8 K.-O.) en l’emportant par décision unanime. Les juges ont remis des cartes 97-93 x 2 et 96-94.

Dicaire écrit donc une page d’histoire de la boxe québécoise alors qu’elle est la première femme à devenir championne du monde. Du même coup, elle devient la 17e pugiliste de la Belle Province à remporter un titre mondial.

«On l’a fait ! Il y a quatre ans, je ne savais pas si j’allais encore boxer. Il y a une équipe qui a cru en moi, a souligné Marie-Ève Dicaire lors de son point de presse d’après-combat. Aux septième et huitième rounds, je n’avais plus de jambes et j’ai persévéré.

«Au dernier round, on m’a demandé de laisser aller mes mains. C’est ce que j’ai fait.»

Au 10e et dernier round, Dicaire a livré ses deux meilleures minutes en carrière. Elle a atteint solidement Namus à au moins cinq reprises à la tête. Toutefois, l’orgueil de Saint-Eustache n’a pas été en mesure d’ébranler la championne.

«On savait que Marie-Ève avait tous les outils pour l’emporter, a souligné l’entraîneur Stéphane Harnois. Elle m’a fait peur au début. On savait que si elle respectait le plan de match, elle l’emporterait.»

«Namus était pesante dans ses coups, mais elle n’avait pas l’intelligence de Marie-Ève. On ne le savait pas, mais elle avait une pression énorme sur ses épaules.»

Un promoteur heureux

Pour sa part, Yvon Michel était très heureux de la performance de Dicaire.

«Elle a bien progressé et elle a été disciplinée jusqu’au bout, a souligné le promoteur. Marie-Ève a été patiente pendant le chemin qu’elle a dû parcourir.»

«Elle a livré la meilleure performance de sa carrière. Je suis fier et heureux de toutes les autres conquêtes de mes boxeurs.»

(Texte de Mathieu Boulay, Journal de Montréal)

*****************

Huit combats étaient prévus en sous-carte du duel de championnat du monde des mi-lourds entre Adonis Stevenson et Oleksandr Gvozdyk.

Zewski s'impose

Le Trifluvien Mikael Zewski s'est imposé par décision unanime devant le Mexicain Aaron Herrera, dans un duel présenté après celui entre Adonis Stevenson et Oleksandr Gvozdyk.

Zewski (32-1-0, 22 K.-Os.) a eu l'ascendant durant la majeure partie du combat, mais Herrera (35-9-1, 24 K.-Os.) a su tenir le coup tout au long. Les trois juges ont cependant remis des cartes identiques de 100-90 en faveur du Québécois une fois le duel terminé.

Zewski conserve ainsi sa ceinture WBC Internationale des mi-moyens et fait un pas de plus vers le combat d'envergure qu'il attend depuis quelques années maintenant.

Rivas l’emporte difficilement

Le Montréalais d’origine colombienne Oscar Rivas en a eu plein les bras contre le Brésilien Fabio Maldonado, dans un duel de poids lourds.

Les deux boxeurs étaient invaincus et bénéficiaient de réputations de cogneurs. Ce combat ne devait pas aller à limite, mais c’est ce qui est survenu : Rivas (25-0-0, 17 K.-Os.) l’a emporté par décision des juges après avoir eu l’avantage dans la majorité des premiers rounds du duel, envoyant même Maldonado (26-1-0, 25 K.-Os.)  au tapis lors de la cinquième reprise.

La fin a été nettement plus compliquée. Manquant d’énergie, Rivas n’a pas été particulièrement menaçant à partir du septième round. Maldonado, dont les combats ne durent généralement pas, a montré une grande résilience dans les derniers instants du match.

Sermonné à quelques reprises par son entraîneur Marc Ramsay entre les rounds, Rivas a néanmoins fait le nécessaire pour conserver sa ceinture NABF des lourds. Le Montréalais a certainement beaucoup appris dans ce combat.

Phinn et Bredicean font match nul

Dans un duel très relevé entre deux super-moyens dont la carrière est en ascension, le Québécois d’origine jamaïcaine Shakeel Phinn (19-2-1, 13 K.-O.) et l’Américain Dario Bredicean (17-0-1, 5 K.-O.) se sont contentés d’un verdict nul majoritaire au terme de 10 rounds.

Les deux pugilistes y sont allés de plusieurs échanges musclés tout au long de l'affrontement. Restant compacts défensivement, les deux hommes ont offert un bon spectacle offensif. Ce combat pourrait être l'un des meilleurs de la soirée.

Le titre IBF Intercontinental des super-moyens, qui était à l’enjeu dans ce duel, reste donc vacant. Phinn a indiqué, après le combat, qu'il était ouvert à l'idée d'organiser un nouveau combat contre Bredicean.

Pryor s’impose

Tout de suite après le duel Phinn-Bredicean, le longiligne Aaron Pryor Jr. (21-11-2, 13 K.-O.), 40 ans, s’est imposé par décision unanime devant le Brésilien Gilberto Pereira dos Santos (14-9-0, 10 K.-O.).

En début de soirée, l’Ukrainien Oleksandr Teslenko (15-0-0, 12 K.-O.) et le Brésilien Edson Cesar Antonio (40-8-1, 31, K.-O.) ont offert un combat honnête, sans trop d’artifices pour lancer la soirée de boxe au Centre Vidéotron.

Teslenko l’a emporté par arrêt de l’arbitre au troisième round.

(TVA Sports)