Crédit : PIerre-Paul Poulin / JdeM

Canadiens

CH: après les centres, les défenseurs

CH: après les centres, les défenseurs

Michel Bergeron

Publié 01 décembre
Mis à jour 01 décembre

Après avoir parlé des problèmes au centre pendant des années à Montréal, il semble maintenant que la discussion ait bifurqué cette année. Maintenant, place à la chasse au défenseur gaucher !

De l’extérieur, on critique, on questionne, on se demande pourquoi Claude Julien n’essaie pas tel ou tel défenseur gaucher avec le capitaine Shea Weber. Mais la réalité est fort simple : aucun d’entre eux ne peut accomplir ce rôle, que ce soit à Montréal ou à Laval.

Les candidats possibles, actuellement avec les Canadiens, sont les suivants : David Schlemko, Brett Kulak, Jordie Benn, Xavier Ouellet et Mike Reilly. Karl Alzner et Victor Mete, récemment rétrogradés dans la Ligue américaine, jouent aussi à gauche. On reviendra d’ailleurs sur le cas Mete un peu plus loin.

Repêchage

Mais, pour en revenir aux gauchers avec le CH, ils ont deux points en commun : ils n’ont pas été repêchés et développés dans l’organisation et Marc Bergevin en a fait l’acquisition pour à peu près rien.

Quand on voit le prix payé pour les Schlemko, Benn ou Kulak, il ne faut pas s’attendre à ce que l’un d’entre eux vienne miraculeusement régler le problème à gauche chez le Tricolore. Quand une équipe laisse partir un joueur pour une bouchée de pain, il y a une raison. Des cas comme celui de Paul Byron, il n’y en a pas tous les jours.

D’ailleurs, chaque jour, les Flames doivent regretter de l’avoir placé au ballottage.

Victor Mete

Quant à Mete, j’ai un peu de mal à comprendre la décision de le renvoyer dans les mineurs. Oui, je sais, il était plus facile de le rétrograder, puisqu’il n’a pas à passer par le ballottage avant de se rapporter à Laval. Ça, je comprends.

Mais, dans la situation actuelle où le Tricolore en arrache défensivement, est-ce que quelqu’un peut me dire honnêtement que Schlemko ou Benn sont plus utiles dans l’alignement ?

Ça prend une qualité première pour jouer dans la LNH, une aptitude qui te distingue des autres joueurs. Je me répète, mais pour moi, bloquer des lancers ne fait pas partie de cette catégorie. À mes yeux, ça fait partie du jeu, ce n’est pas une qualité.

Quand on me dit que Jordie Benn excelle sur ce plan, je rigole parce que, pendant qu’un défenseur se lance devant les tirs adverses, il n’est pas là pour relancer l’attaque. Difficile pour un ailier d’avoir la rondelle quand ton défenseur ne te la remet pas rapidement...

Mete a fait le club l’an dernier un peu par défaut, parce que l’essai de Mark Streit a été une catastrophe, sans oublier qu’Alexei Emelin et Andrei Markov étaient partis. Toutefois, il a des aptitudes pour jouer dans la LNH. Je me fous qu’il n’ait toujours pas marqué. Pour moi, il devrait être devant Schlemko, Benn, Kulak et Ouellet dans la hiérarchie.

Karl Alzner

Du côté de Karl Alzner, il s’agit d’un énorme constat d’échec pour la direction des Canadiens. Encore une fois, quelqu’un a recommandé à Marc Bergevin de lui consentir un lucratif contrat de cinq ans.

Ce n’est pas de la faute du joueur. Alzner n’a que profité de la situation et apposé sa signature au bas d’un contrat qu’on lui a offert. Maintenant, le CH compte sur un défenseur qu’il paie 6 M$ dans la Ligue américaine.

En bref

Les puissants Leafs

C’est tout simplement incroyable de voir le talent dans l’alignement des Maple Leafs de Toronto. Avec Auston Matthews de retour, et à 100 %, la formation torontoise fait partie de l’élite de la LNH. Si William Nylander réussit à s’entendre avec l’équipe, les Leafs seront l’équipe à battre pour plusieurs années. Nylander a jusqu’à midi aujourd’hui pour s’entendre, sans quoi il ne pourra pas jouer dans la LNH cette année. Toronto pourrait alors décider de l’échanger à une formation prête à lui consentir le montant d’argent qu’il désire. Mais s’ils font ça, ils devront s’assurer d’obtenir un morceau important en retour. Imaginez un duo Nylander/Matthews sur un trio, en plus de celui composé de Mitch Marner et John Tavares sur l’autre unité. Ça fait peur !

Exit Hextall

Les Flyers de Philadelphie ont effectué un mouvement de personnel qu’on voit très peu habituellement, en limogeant leur directeur général Ron Hextall. Il était temps que les formations commencent à pointer du doigt l’architecte de leur équipe, plutôt que de toujours rejeter la faute sur l’entraîneur. J’aimerais que d’autres équipes emboîtent le pas. En tête, vous me voyez venir : les Oilers d’Edmonton et Peter Chiarelli ! Les Oilers ont cru bon de congédier Todd McLellan, alors que la véritable raison des déboires de l’équipe est la mauvaise gestion des effectifs de Chiarelli. Après tout, ce n’est pas l’entraîneur qui a échangé Taylor Hall, un attaquant qui pourrait faire partie des cinq meilleurs de la LNH dans un avenir rapproché.

Martin Brodeur

En voyant les problèmes qu’éprouvent les Blues de St. Louis, Martin Brodeur ne doit pas regretter sa décision d’être parti pour retourner dans l’organisation des Devils du New Jersey. Il me semble qu’on ne fait pas du hockey de la bonne façon à St. Louis depuis quelques années. Pourtant, le directeur général Doug Armstrong a une bonne réputation, mais depuis qu’il a pris les rênes des Blues, l’équipe trouve toujours un moyen de s’écraser. Les joueurs clés de l’organisation, Vladimir Tarasenko et Alex Pietrangelo, commencent à être pointés du doigt également. Martin avait peut-être vu ça venir et c’est pourquoi il est parti pour travailler dans une organisation qui regarde vers l’avant.