Crédit : ATP/WENN.com

F1

Lance Stroll enfin confirmé

Publié | Mis à jour

Ce n’était qu’une formalité, mais c’est maintenant officiel : Lance Stroll disputera sa troisième saison de F1 au volant d’une monoplace de l’écurie Racing Point Force India.

Depuis le rachat de cette équipe par un groupe d’investisseurs dirigé par son père, le milliardaire Lawrence Stroll, il était acquis que le jeune pilote québécois allait occuper l’un des deux baquets en 2019.

Mais cette nouvelle organisation, qui devrait annoncer sous peu le nouveau nom de l’entreprise, a préféré attendre à vendredi, soit après les deux journées d’essais privés organisées par Pirelli à Abou Dhabi, pour confirmer son embauche.

Fait plutôt rare en F1, Stroll a participé à ces essais avant même d’être nommé pilote titulaire. Il remplace Esteban Ocon, qui se contentera en 2019 d’un rôle de pilote d’essai au sein de l’écurie Mercedes, championne du monde.

«C’est le début d’un nouveau chapitre prometteur dans ma carrière en F1, a indiqué le Montréalais de 20 ans. Je suis impatient de travailler avec cette équipe performante, qui se distingue par une haute culture de la course automobile. Je suis très enthousiaste à l’idée de relever ce nouveau défi.»

Le Montréalais rejoindra le Mexicain Sergio Pérez, associé à cette organisation depuis 2014.

Les rumeurs du transfert de Stroll s’étaient amplifiées au Grand Prix de Belgique, à Spa-Francorchamps, à la fin d’août, quand Ocon avait déclaré dans une conversation privée avec Sebastian Vettel, mais captée par des caméras, que les deux places seraient occupées l’an prochain par « celui qui apporte de l’argent et l’autre qui a acheté son volant ».

Le Français faisait référence d’abord à Pérez, soutenu par des entreprises mexicaines, puis à Stroll, qui doit son accession à la F1 à la fortune du paternel.

«Combinaison excitante»

Dans son court communiqué, l’écurie, basée à Silverstone, en Angleterre, a indiqué que Stroll est lié à elle à long terme sans toutefois dévoiler le nombre d’années et le salaire attachés à son contrat.

«Je suis heureux de confirmer enfin l’arrivée de Lance aux côtés de Sergio l’an prochain, a déclaré le patron de l’équipe, Otmar Szafnauer. Nous pourrons compter sur une combinaison de pilotes excitante, mariant la jeunesse, l’expérience et le talent.

«Malgré son jeune âge, Lance a déjà deux saisons de F1 derrière lui et a prouvé qu’il peut réussir, comme le démontrent son podium et une place sur la première ligne au départ. Nous souhaitons lui offrir les conditions favorables pour qu’il puisse exprimer tout son potentiel.»

Une année de misère

Après une saison d’apprentissage marquée par deux coups d’éclat l’an dernier, Stroll a connu une deuxième année de misère où il a été confronté aux lacunes d’une Williams mal née.

Stroll et son partenaire Sergey Sirotkin ont accumulé les déboires en 2018 pour terminer aux 18e et 20e rangs respectivement (sur les 20 engagés) au classement final des pilotes.

L’écurie Williams, elle, s’est classée bonne dernière au tableau des constructeurs, bouclant l’une de ses pires années en 40 ans d’opération. Il y a quatre ans à peine, elle était pourtant considérée comme la troisième puissance du plateau en F1.

Jacques Villeneuve a été le dernier champion du monde, en 1997, à être couronné au volant d’une Williams.

L’an prochain, l’équipe britannique accueillera dans ses rangs le vétéran polonais Robert Kubica, dont le dernier départ en Grand Prix remonte à novembre 2010, et le jeune espoir britannique George Russell, récemment titré en F2.