Canadiens

Drouin : «On veut revenir où on était au début de l’année»

Publié | Mis à jour

L’entraîneur-chef des Canadiens de Montréal Claude Julien a conservé les mêmes trios que la veille à l’entraînement de vendredi, en vue du match contre les Rangers de New York.

C’est donc dire que Paul Byron demeurait sur le troisième trio à gauche de Jesperi Kotkaniemi et d’Artturi Lehkonen. Un retour dans l’échiquier au détriment de Charles Hudon, qui était relégué à un rôle de réserviste avec Matthew Peca et Nikita Scherbak.

À la ligne bleue, Xavier Ouellet était le septième arrière de la brigade défensive et tout indique qu’il sautera son tour, samedi.

Après un mois d’octobre éclatant, le Bleu-blanc-rouge s’est plus qu’essoufflé au calendrier chargé de novembre avec une fiche de 5-6-3. C’est une récolte de 13 points sur une possibilité de 28.

Retrouver l'étincelle

La pression de retrouver l’étincelle du premier mois se fait-elle sentir?

«On veut revenir où on était au début de l’année avec un bon rendement. C’est sûr qu’il y a de la pression. Il y en aura toute l’année», a expliqué Jonathan Drouin.

«Les matchs de la même section seront importants. Tu dois aller chercher les points dans ces matchs de quatre points.

Le Tricolore accueillera les Rangers après avoir été vaincu 2-1 par la Caroline, mardi, duel lors duquel il a expédié 49 tirs au filet.

«On doit maintenir la cadence. On n’a pas mal joué face aux Hurricanes, rappelle Drouin. C’est une saison de 82 matchs. Il faut continuer de travailler.»

Redresser la barque

Vingt-neuvième dans la ligue, l’attaque massive des Canadiens est inerte, comme le démontre son efficacité de 14%.  Vendredi, les instructeurs ont longuement mis l’emphase sur les supériorités numériques à Brossard.

Le retour au jeu de Shea Weber devrait, en principe, redresser la barque.

«Surtout en séries, ce sont les unités spéciales qui feront la différence. À cinq contre cinq, c’est un jeu d’échecs et il n’y a pas d’espace», note Drouin.

«On vient de ravoir Shea et ça ne fait qu’un match. Le plus de matchs qu’on pratique, le mieux.»