SPO-CANADIENS-BRUINS-LNH

Crédit : Joël Lemay / Agence QMI

Canadiens

Artturi Lehkonen: le marqueur qui ne marque pas

Publié | Mis à jour

Artturi Lehkonen a marqué le tout premier but de la saison 2018-2019 en s’offrant un tourniquet derrière le filet de Frederik Andersen, des Maple Leafs, le 3 octobre à Toronto. Il a touché la cible une deuxième fois le 11 novembre en déjouant Mike Smith d’un tir faible entre ses jambières face aux Flames à Calgary.

Les buts de Lehkonen depuis le début de la saison se décrivent en un seul paragraphe. Pour un ailier avec un potentiel offensif intéressant, le Finlandais traverse une période sombre avec deux buts et neuf passes en 25 rencontres.

«J’ai des chances, pratiquement tous les soirs, a maugréé Lehkonen dans le vestiaire du CH. Mais je devrai trouver des façons de marquer. Je n’ai pas assez de buts cette saison. Il est temps que je débloque.»

Digne de Réjean Houle

À une autre époque, Réjean Houle traînait la réputation d’un attaquant incapable de profiter de ses chances de marquer. Lehkonen ressemble à un jeune Réjean depuis octobre. Avec 54 tirs, il se retrouve au cinquième rang au sein du CH. Max Domi a seulement deux tirs de plus, mais il a marqué 11 buts.

Depuis le début de l’année, il y a 126 attaquants dans la LNH qui ont décoché 50 tirs ou plus. Lehkonen occupe le 125e rang pour le pourcentage de réussite, à 3,7 %. Lucas Wallmark, des Hurricanes, ferme la marche avec un but sur 54 tirs (1,8 %).

«Je dois continuer de travailler aussi fort, a raconté le numéro 62. Je sais que je finirai par marquer des buts, je ne peux pas me décourager. Quand j’obtiendrai une chance, je devrai saisir ma chance et ne pas trop analyser le jeu.»

Claude Julien n’avait pas une réponse scientifique pour expliquer son rendement.

«Comme vous pouvez voir, il a des tirs et des chances de marquer, mais il ne marque pas, a répondu l’entraîneur en chef. Je ne peux rien faire pour lui. C’est peut-être de la confiance. Il finira par débloquer.»

Malgré son jeune âge, Jesperi Kotkaniemi cherchera à sortir son compatriote de sa léthargie.

«Artturi ne place jamais notre trio dans le pétrin, il joue bien défensivement, a dit le centre de 18 ans. J’ai un côté offensif à mon jeu et je tenterai de l’aider. Mais il est un vétéran, il a de l’expérience, il s’en sortira.»

À sa saison recrue dans la LNH en 2016-2017, Lehkonen avait inscrit 18 buts en 72 matchs. On le croyait capable de devenir un marqueur de 25 ou 30 buts. Deux ans plus tard, il reste encore loin de cet objectif.

Byron en renfort ?

En conférence après le revers de 2 à 1 face aux Hurricanes de la Caroline, mardi, Julien ne s’était pas gêné pour dire qu’il s’attendait à une plus grande contribution offensive des membres de son troisième trio. Il ciblait Lehkonen (2 buts) et Charles Hudon (3 buts).

«Je n’ai pas besoin d’un message de l’entraîneur, je sais ce que je dois faire, a répliqué Lehkonen lorsque questionné sur les commentaires de Julien. C’est vrai que le troisième trio ne marque pas assez de buts dernièrement.»

À l’entraînement, Hudon avait perdu sa place aux côtés des deux Finlandais. Rétabli d’une blessure au bas du corps, Paul Byron était à l’aile gauche avec Kotkaniemi et de Lehkonen.

Si Byron lui-même et Julien ont refusé de confirmer son retour pour la rencontre de demain face aux Rangers de New York, Lehkonen voyait d’un bon œil l’arrivée de Ti-Paul.

«Paul est un très bon joueur, aucun doute, a-t-il expliqué. Il est l’un des patineurs les plus rapides de la LNH. Il apporte de la vitesse et de l’énergie à notre trio, il est un morceau très important de notre équipe.»

Byron, qui n’a pas joué depuis le 30 octobre, s’est absenté lors des 14 derniers matchs.

«Je veux me retrouver au sein de la formation, a précisé le rapide ailier. Ça fait maintenant quatre semaines que je ne joue pas, je trouve ça difficile de regarder mes coéquipiers sans les aider sur la glace. Mais je veux revenir pour jouer jusqu’à la fin de la saison, pas précipiter un retour pour une seule rencontre. Je ne souhaite pas prendre la place d’un autre joueur si je ne suis pas en parfaite santé.»