Tennis

Une année fructueuse pour Tennis Canada

Publié | Mis à jour

Le tennis est plus en santé que jamais au Canada. Le sport continue de gagner en popularité, et la performance des joueurs canadiens sur la scène internationale au cours de la dernière année n’y est sûrement pas étrangère.

«Du côté des garçons, les résultats ont été assez exceptionnels», a lancé Louis Borfiga, vice-président du développement de l’élite chez Tennis Canada, mercredi midi, lors du bilan annuel de la fédération.

«Le Canada a deux joueurs classés dans le top 30 à la fin de l’année. C’est quand même assez unique. Et on a maintenant six joueurs dans le top 170, ce qui est très important pour une nation qui veut être forte au niveau international. Ça prouve que le travail se fait aussi en profondeur», a ajouté Borfiga.

Le retour en force de Milos Raonic, qui a conclu l’année au 18e rang mondial, et la progression rapide de Denis Shapovalov, qui a terminé 27e, font partie des belles réussites.

«Milos est de retour dans le top 20 et en bonne position pour l’année prochaine. Et Denis, il a divisé son classement par deux alors qu’il avait beaucoup de points à défendre», a renchéri Guillaume Marx, responsable du programme national chez les hommes.

Ce dernier est également très satisfait des progrès de Félix Auger-Aliassime, qui est passé de la 160e à la 109e place mondiale. «Son évolution a été très bonne. Il a eu un bon été et une très bonne fin de saison. Il est monté au classement et a gagné de bons matchs contre deux top 50. C’est très positif.»

Déception

Du côté féminin, les dirigeants de Tennis Canada espéraient mieux. «On a une seule joueuse dans le top 100, trois dans le top 200, cinq dans le top 250. C’est un petit peu décevant avec la qualité des joueuses en présence, a indiqué Sylvain Bruneau, responsable du programme national féminin. Selon moi, il est réaliste de penser avoir trois ou quatre filles dans le top 100. C’était l’objectif en 2018, mais on est passé un peu à côté.»

Par ailleurs, Bruneau s’est dit encouragé par l’évolution d’Eugenie Bouchard, qui a conclu l’année au 88e rang mondial.

«On est loin du classement qu’elle a déjà eu en 2014, mais je vois des signes très encourageants, a lancé Bruneau. Je suis très content de la voir travailler maintenant avec Michael Joyce. C’est un entraîneur réputé qui connaît très très bien le circuit féminin, qui a une très belle psychologie et vision du jeu. Je pense que c’est très bien parti.»

Pour ce qui est de François Abanda, 225e mondiale, Bruneau dit «rester un peu sur son appétit». «Je crois énormément en son potentiel tennistique et en son talent, a-t-il indiqué. Mais je pense qu’elle doit jouer davantage de tournois. Avec son profil, elle peut faire mieux, c’est certain. C’est une fille qui devrait être dans les tableaux du grand chelem.»

Le potentiel de joueuses comme Bouchard, Abanda, Bianca Andreescu et Leylah Annie Fernandez, de même que l’émulation de plusieurs joueuses de niveau junior, permet néanmoins à Tennis Canada d’être très confiant en l’avenir du tennis féminin.

Enfin, le retour de Rebecca Marino signifie beaucoup pour la fédération. «Au-delà du tennis, elle représente les valeurs qui nous sont chères et que nous voulons transmettre aux jeunes», a conclu Borfiga.

Voyez, dans la vidéo ci-dessus, le reportage de Nicolas A. Martineau à ce sujet.