Canadiens

Canadiens: le retour du capitaine

Publié | Mis à jour

Shea Weber portera le «C» de capitaine pour la première fois sur son chandail lors de la visite des Hurricanes de la Caroline au Centre Bell, mardi soir. Il renouera avec l’action après une absence de 346 jours. Une éternité.

Opéré une première fois pour réparer des tendons à son pied gauche en mars dernier et une seconde fois en juin pour rattacher le ménisque médial de son genou droit, Weber aura une lourde mission à son retour au jeu, celle de stabiliser le groupe de défenseurs.

Avec son expérience et son intelligence, le colosse de 6 pi 4 po et 230 lb ne s’est pas présenté comme un sauveur, lundi, après l’entraînement du Tricolore.

«L’équipe va bien, elle travaille fort, a-t-il dit. Mais on peut s’améliorer et ça ne viendra pas d’une seule personne, ça doit venir de nous tous. On fait beaucoup de choses positives, on doit juste en resserrer quelques-unes.»

Le Canadien a montré deux visages depuis le jour un de la saison. Après 10 matchs, le CH constituait l’une des belles surprises de la Ligue nationale de hockey (LNH) avec un dossier de 6-2-2. Sur le plan défensif, le groupe assez anonyme de défenseurs faisait aussi un boulot remarquable avec seulement 25 buts accordés lors des 10 premières rencontres, pour une moyenne de 2,5 buts par match.

Depuis la visite du Tricolore au TD Garden de Boston à la fin d’octobre, c’est une autre histoire. Le bateau a commencé à prendre l’eau. À ses 14 dernières sorties, la bande de Claude Julien a conservé une fiche de 5-6-3.

Si ce n’est rien de catastrophique, c’est plus inquiétant au plan défensif avec 56 buts accordés en 14 matchs pour une moyenne désastreuse de 4,0. Au cours de cette période (28 octobre à maintenant), seulement les Sénateurs d’Ottawa ont donné plus de buts dans la LNH.

Dose d’énergie

Dans un tel contexte, on peut comprendre que Julien avait le sourire assez facile à la veille du retour de son défenseur numéro un.

«Je suis confiant qu’il reviendra rapidement un bon atout pour notre équipe. Il aidera l’équipe en partant, a noté l’entraîneur-chef. Il devra garder son jeu simple, mais il donnera une grosse dose d’énergie à notre équipe. Il apportera de la robustesse et du leadership.»

«Shea paraît bien à l’entraînement, j’étais quand même surpris de voir comment il se débrouillait, a poursuivi Julien. Il est alerte avec la rondelle et il lit bien le jeu. Nous le regarderons de plus près lors de ses premiers matchs.

«Mais nous répéterons toujours les mêmes choses avec un gars qui revient d’une longue absence: il devra garder son jeu simple et prendre le temps de retrouver son rythme.»

À son premier match depuis le 16 décembre 2017 lors de la Classique hivernale à Ottawa, Weber devrait former un duo avec l’énigmatique David Schlemko. Julien avait réuni les deux défenseurs à l’entraînement. Avec Weber en uniforme, Jeff Petry pourra également mieux respirer en occupant une chaise qui lui va mieux, celle au sein d’un deuxième duo.

Bien reposé

Loin de l’action pendant près d’un an, Weber n’a pas caché qu’il a trouvé le temps long.

«Il y a eu beaucoup de hauts et de bas, a-t-il mentionné. Ç’a été long, ç’a été frustrant, ç’a été difficile et exténuant. Mais on est rendus, donc je suis enthousiaste.»

«Je devrais toutefois être bien reposé, a-t-il enchaîné. Je me suis pas mal entraîné. Ça a donné du répit à mon corps, car j’ai joué beaucoup de matchs et beaucoup de minutes au cours des dernières années. J’espère que le repos me sera bénéfique.»

Pour revenir rapidement au sommet de son art, Weber s’inspirera d’un ancien coéquipier avec les Predators de Nashville, Steve Sullivan.

«Je n’ai pas parlé à des joueurs qui ont eu à s’absenter pour une longue période au cours des dernières semaines, mais j’ai joué avec Steve Sullivan. Il avait raté un an ou deux. Donc je l’ai vu revenir, bien faire. Je sais que c’est possible, car je l’ai vu.»

Blessé sérieusement au dos lors d’un match à Montréal le 22 février 2007, Sullivan avait revêtu l’uniforme des Predators près de deux ans plus tard, soit le 10 janvier 2009. Il avait gravé son nom sur le trophée Bill-Masterton, décerné au joueur ayant fait preuve de la plus grande persévérance, à la fin de la saison 2008-2009.