Boxe

Pas de retraite à l’horizon pour Jean Pascal

Publié | Mis à jour

Jean Pascal et son entraîneur Stéphan Larouche ont été clairs après la défaite à sens unique subie samedi soir contre Dmitry Bivol: l’heure de la retraite n’a pas encore sonné.

Comme on le prévoyait, Pascal a connu une soirée de travail difficile dans le ring du Etess Arena du Hard Rock Hotel & Casino alors qu’il s’est incliné par décision unanime. Les cartes des juges indiquent bien ce qui s’est déroulé entre les câbles.

Pascal n’a pas été en mesure de semer le doute chez le champion WBA des mi-lourds Dmitry Bivol durant les 12 rounds d’action.

Certes, il a démontré du courage et de la détermination et personne ne pourra lui enlever. Par contre, on a clairement constaté qu’il n’est plus en mesure de rivaliser avec l’élite de sa division même s’il a connu des séquences intéressantes entre les rounds 8 et 10.

Sa vitesse, qui était l’une de ses forces lors de ses années les plus prolifiques, n’est plus au rendez-vous. À plusieurs reprises, il s’est élancé dans le vide tout en perdant un peu son équilibre. Lorsqu’il s’est lancé à l’attaque, Bivol a été capable de le contrer assez facilement.

«Bivol est un bon jeune champion et je lui lève mon chapeau, a déclaré Pascal par message texte. Il est le meilleur boxeur chez les mi-lourds.»

«J’étais bien concentré et préparé pour ce défi. J’ai tout donné, mais ce ne fut pas suffisant.»

La fameuse question

Pascal a vécu des moments intéressants dans son duel contre Bivol. Dans son for intérieur, il se dit qu’il a été en mesure de faire 12 rounds contre l’un des meilleurs boxeurs «livre pour livre» au monde. C’est une victoire morale.

Et ça lui permet d’affirmer qu’il peut poursuivre sa carrière pendant encore quelques années. Certains observateurs ne comprendront pas la décision de Pascal, mais ils ne sont pas dans les bottines de l’ancien champion. Même s’il a été dominé samedi soir, il a cru à ses chances jusqu’à l’annonce de la carte des juges.

Une fois qu’il sait qu’il veut continuer, quelle est la suite pour Pascal? Des combats pour aider les plus jeunes à faire leurs classes avec des bourses intéressantes ou des défis comme on l’a vu l’été dernier avec Steve Bossé. Ça va ressembler à cela.

«Je retourne à Montréal avec la tête haute, a ajouté Pascal. Je vais passer du temps avec ma famille. Après quelques semaines de repos, je vais m’asseoir avec mon gérant Greg Leon et le reste de mon équipe pour établir la suite des choses.»

Malade et blessé?

Selon nos informations, Pascal n’a pas connu un camp de tout repos. Bien sûr, le décès de son père a changé ses plans alors qu’il a dû se rendre en Haïti pendant quelques jours.

Après le combat, son préparateur physique Angel Heredia a indiqué que son athlète était très malade quand il est monté sur le ring.

«Il avait un rhume et possiblement une pneumonie», a-t-il écrit sur son compte Twitter.

Des propos démentis avec véhémence par Leon lorsque joint par le Journal de Montréal.

«C’est de la bouillie pour les chats et je ne sais pas pourquoi Angel a écrit une telle chose, a-t-il répondu. Nous n’avons pas d’excuses pour expliquer cette défaite.»

«Jean était ennuyé par un petit rhume, mais rien de majeur. Par contre, il n’y a aucun boxeur qui entre à 100 % sur le ring pour son combat.»

Après le combat, Pascal a été examiné par les médecins de la Commission athlétique du New Jersey et il n’a pas eu à aller à l’hôpital pour des examens plus approfondis. C’est une bonne nouvelle.

Cependant, on a appris qu’il trainait une blessure qui le dérangeait lors du réchauffement dans le vestiaire, mais on ne connaît pas les détails de celle-ci.