Boxe

«Makhmudov me terrorise» - Kean

Publié | Mis à jour

Arslanbek Makhmudov a fait tourner bien des têtes avec sa démonstration de puissance, samedi soir, en demi-finale du gala de boxe présenté à Rimouski.

Seulement 35 secondes ont suffi au géant russe de 6 pieds 5 pouces et 257 livres pour achever l’Américain Andrew Satterfield.

Ses coups d’assommoir étaient tellement forts que l’entraîneur de Satterfield avait lancé la serviette avant que l’arbitre n’intervienne et mette fin au massacre.

Même Simon Kean a été impressionné par la performance offerte par Makhmudov.

«C’était vraiment violent! C’était une victoire très expéditive. Il a été meilleur qu’à ses derniers combats. Il a gardé ses distances au lieu de s’approcher et de se river sur son adversaire. Il a placé de belles combinaisons», a-t-il indiqué en entrevue à TVA Sports sur place au Colisée Financière Sun Life.

Kean avoue même être intimidé par la montagne de muscles que représente Makhmudov, avec qui il s’entraîne à l’occasion, a-t-il révélé.

«Il me terrorise. Il me fait peur jusqu'à ce que j’embarque dans le ring avec lui. Dans le ring, je laisse la peur à la maison. Il est très intimidant. Je ne voudrais pas être ses adversaires.»

Les deux colosses ont cependant eu besoin d’une période d’adaptation avant de pouvoir se battre ensemble.

«La première fois, ça ne s’est pas très bien passé, il y a eu un peu de brasse-camarade au gymnase... Depuis, on a appris à travailler ensemble, on a une bonne relation maintenant. C’est un très bon partenaire d’entraînement.»

Un retour à Rimouski en 2019?

Par ailleurs, rappelons que Kean devait initialement être la tête d’affiche de cet événement au Bas-Saint-Laurent. Mais sa défaite du 6 octobre contre l’Ontarien Dillon Carman a changé les plans d’Eye of the Tiger Management.

Qu’à cela ne tienne, le Trifluvien promet y revenir quand il reprendra l’action en 2019.

«J’aimerais ça venir boxer ici. L’idée de me battre à Rimouski m’enchantait. Je pense qu’on va pouvoir se reprendre, je ne suis pas mort! J’espère revenir ici en 2019», a-t-il soutenu.

Mais ce que Kean veut plus que tout, c’est venger son dernier échec.

«Je veux me reprendre. J’ai le goût de réparer mon erreur, mais il faut que je prenne mon temps. Les médecins m’ont dit d’y aller progressivement et je les écoute.»