Crédit : Simon Clark/Agence QMI

LHJMQ

Jordan Spence attire les regards

Publié | Mis à jour

Le défenseur des Wildcats de Moncton Jordan Spence est sorti un peu de nulle part cette saison et son jeu ne cesse d’impressionner. Est-ce assez pour commencer à attirer l’attention des équipes de la Ligue nationale de hockey (LNH)? «Oh oui! De toutes les équipes», lance sans hésiter son entraîneur, Darren Rumble.

Le nom de l’arrière droitier n’était certainement pas le plus connu en début de saison et on peut comprendre.

C’est qu’il avait été ignoré à sa première année d’admissibilité au repêchage de la LHJMQ en 2017, mais une saison productive de 52 points en 50 matchs au niveau junior A, l’an dernier, l’a remis sur la mappe. Les Wildcats n’ont donc pas hésité, en juin dernier, en faisant de Spence leur choix de deuxième tour, le 20e au total.

Et depuis, il n’a pas déçu. Le défenseur compte actuellement 20 points en 27 matchs avec les Wildcats.

«C’est un très bon joueur, il est habile et bon offensivement, l’a complimenté son coéquipier Jakob Pelletier. C’est sa première saison et c’est déjà lui qui dirige notre avantage numérique. Il est notre quart-arrière. On avait besoin d’un joueur de ce style chez les Wildcats.

«Il possède une intelligence hockey incroyable et il est rapide. Les équipes de la LNH commencent à s’y intéresser, donc je suis content pour lui.»

Centrale

Effectivement, le jeune Spence commence à faire jaser.

La Centrale de recrutement de la LNH l’a d’ailleurs classé parmi les espoirs «C», donc des rondes 4 à 7. Mais pour Rumble, des discussions avec certains recruteurs professionnels le portent à croire qu’il ne conservera pas cette cote toute l’année.

«Toutes les équipes m’en ont parlé. Il était sous le radar dans notre repêchage, mais maintenant, il ne l’est plus. C’est un défenseur nouveau genre que les équipes recherchent. Il n’est pas le plus gros, mais il utilise de bons angles de poursuite, il gagne ses batailles pour la rondelle et sait exécuter des jeux sous pression.

«Son intelligence sur la patinoire est certainement son plus gros atout», a ajouté l’entraîneur.

Choix judicieux

À l’heure actuelle, évidemment, les Wildcats passent pour de véritables génies d’avoir réussi à mettre la main sur ce joueur en deuxième ronde. Mais, attention : Rumble l’avoue lui-même, les Wildcats ne pensaient pas qu’il serait si bon.

«On l’a pris au 20e rang et on savait qu’on devait se dépêcher à le sélectionner si on voulait l’avoir. Par contre, est-ce que je pensais qu’il serait si bon? Non. On savait qu’il serait un bon joueur, mais pas à ce point. Disons que je suis très heureux de cette sélection.»