Crédit : John Morris / Agence QMI

LHJMQ

Une période des transactions imprévisible

Une période des transactions imprévisible

Mikaël Lalancette

Publié 22 novembre
Mis à jour 22 novembre

Dans moins d’un mois, le 16 décembre prochain, la dernière période des transactions de la saison sera officiellement lancée dans la LHJMQ.

À ce stade-ci, difficile de dire qui sera échangé et qui ne le sera pas.

Il y a une chose qui pourrait changer bien des stratégies: la surenchère.

On peut déjà dire qu’une demi-douzaine d’équipes risquent de s’améliorer d’ici le 6 janvier à midi.

Parmi elles, les Huskies de Rouyn-Noranda, le Drakkar de Baie-Comeau, les Mooseheads de Halifax, les Voltigeurs de Drummondville et l’Océanic de Rimouski seront sans doute les plus agressives sur le marché.

C’était plus énigmatique de décoder ce que feraient les Wildcats de Moncton avant le début de la saison. Ils sont toujours en lutte pour le premier rang du classement. C’est de moins en moins flou. Je pense qu’ils sont eux aussi dans le camp des acheteurs.

À n’en pas douter, le Phoenix de Sherbrooke et les Saguenéens de Chicoutimi seront attentifs. Ces deux équipes pensent plus à l’an prochain, mais leur position avantageuse au classement peut brouiller les cartes.

Que feront les Islanders de Charlottetown?

C’est un peu l’énigme de la prochaine période de transactions.

Les deux prochains mois seront fort chargés pour Jim Hulton.

Le grand patron des Islanders sera l’un des entraîneurs adjoints d’Équipe Canada junior 2019, une aventure exceptionnelle pour tout entraîneur-chef.Il a vécu l’expérience au milieu des années 2000.

Revenons dans la LHJMQ: Hulton devra décider ce qu’il fera de Pierre-Olivier Joseph, un excellent défenseur qui va intéresser bien des formations s’il devenait disponible.

L’espoir des Coyotes de l’Arizona en est à sa quatrième saison dans la LHJMQ. Candidat logique pour Équipe Canada junior 2019, Joseph a été un élément important du dernier parcours en séries des Islanders, qui a pris fin après 18 matchs éliminatoires.

Le nombre de défenseurs d’impact de 19 et 20 ans est si faible que la décision de Hulton aura un effet sur le marché.

Si Joseph demeure à Charlottetown, la valeur de Noah Dobson et des autres défenseurs «disponibles» risque de grimper. Un peu de surenchère pourrait décourager certains acheteurs modérés.

On n’en parle pas beaucoup des Islanders mais ils sont toujours dans le coup après le premier tiers de la saison. Après un début de saison cahoteux, l’équipe s’est remise à gagner depuis quelques semaines.

La troupe de Hulton est sixième après 23 parties.

Où étaient les Islanders à pareille date l’an dernier?

Huitièmes! Sans pression, l’équipe Cendrillon des séries 2018 s’est inclinée dans un septième match en demi-finale de la LHJMQ.

«On voudrait répéter ce qu’on a fait l’an dernier et on n’y arriverait pas de sitôt, prévient Hulton. On a une nouvelle page à écrire avec quelques nouveaux joueurs. Il y a une chose qui peut nous faire connaître du succès : si on s’inspire de la résilience et de l’intensité qu’on avait l’an dernier.»

Sous la gouverne de Hulton, les Islanders connaissent les meilleurs moments de leur histoire.

Hulton, qui aurait dû obtenir le titre d’entraîneur de l’année la saison dernière (il n'était même pas finaliste!), est apprécié de ses joueurs.

«On est ensemble depuis maintenant quatre ans à Charlottetown, on a vraiment bâti une relation forte, de dire le gardien des Islanders, Matthew Welsh. C’est un bon entraîneur, il connaît tellement le hockey! On est chanceux de l’avoir à Charlottetown.»

On ne peut qu’être admiratifs du travail accompli par Hulton.

Il a encore beaucoup de pain sur la planche. Les prochains mois seront chargés.