Les Partants

Tiger Woods et Phil Mickelson: duel de géants à 9 millions $

Publié | Mis à jour

À travers le temps, de grandes confrontations entre pugilistes ont marqué Sin City. Le combat sera cette fois disputé loin d’un ring, sur un parcours de golf. Vendredi après-midi, Las Vegas sera le théâtre d’un duel au sommet entre Tiger Woods et Phil Mickelson dans un événement sans précédent.

Voyez dans la vidéo ci-dessus l'analyste Maxime Lalonde parler de cette confrontation lors de l'émission «Les Partants». Réécoutez «Les Partants» quand vous le voulez sur qub.radio.

Jamais deux poids lourds n’en ont décousu pour illustrer leur supériorité l’instant d’une ronde. Les Jack Nicklaus, Arnold Palmer et Gary Player ont livré de féroces batailles sur les allées des championnats majeurs durant des décennies.

Ce match qui aura lieu au club de golf Shadow Creek entre deux grandes vedettes de l’époque moderne marque l’imaginaire dans tous les sens du terme. S’il attire la curiosité de plusieurs, il attire aussi les foudres des puristes. La planète golf est divisée sur les motifs d’un duel entre deux joueurs dans la quarantaine, qui ne sont plus à leur zénith, mais qui compilent tout de même 19 titres majeurs.

Pendant que certains attendent avec impatience le premier coup de départ de cette partie disputée en formule par trou, d’autres prétendent qu’il s’agit plutôt d’un gros coup de marketing puisque ce match sera uniquement présenté à la télévision à la carte, sans spectateurs sur le parcours.

Pour la fierté

Faut-il le rappeler, neuf millions de dollars sont en jeu afin de sortir les deux richissimes vedettes de leur zone de confort. Le vainqueur remportera le magot et en placera une portion dans des œuvres de charité de son choix. Mais surtout, avec sa fierté, il pourra beurrer d’humiliation le perdant durant des années. Mickelson et Woods sont des spécialistes en la matière.

C’est bien connu, Mickelson est un grand parieur. Il se délecte quand il y a une épaisse pile de billets verts à l’enjeu en ronde d’entraînement avec ses comparses du circuit de la PGA, et il n’hésite jamais à leur faire savoir qu’il a gagné. Et Woods, plus réservé à l’écran, ne laisse pas sa place pour taquiner et déranger ses rivaux sur les parcours en distribuant de petits «jabs» destructeurs. Le gaucher en paiera certainement le prix vendredi après-midi. Les téléspectateurs pourront d’ailleurs les entendre en direct, car tant les golfeurs que les cadets seront équipés de micros.

Mardi, en conférence de presse, alors que Lefty ne cessait de parler, le Tigre le remettait à sa place par quelques mots bien pesés en esquissant un large sourire. Sans retenue, vêtu de son fameux chandail signature rouge, Woods faisait une allusion intimidante à l’ensemble de son œuvre : 80 victoires de la PGA et 14 conquêtes du Grand Chelem.

«N’oublie pas que j’ai gagné l’Omnium des États-Unis aussi», a rappelé Woods. Cette flèche envenimée illustrait l’incapacité de Mickelson à compléter son Grand Chelem alors que l’Omnium américain est le seul tournoi majeur qu’il n’a pu savourer.

«Tu peux plaisanter, mais vendredi, ce sera ma chance d’avoir du plaisir», a répliqué le gaucher aux cinq titres majeurs.

Les fleurs

Il l’a toutefois encensé en déclarant que sa victoire par 15 coups à Pebble Beach lors de l’Omnium américain en 2000 était «simplement la plus grande performance dans l’histoire du golf et possiblement dans l’histoire du sport. Il a continué à jouer à un très haut niveau durant des années. Le plus grand de tous les temps est un slogan qui le représente bien, selon moi».

Woods lui a également lancé des fleurs en le qualifiant de «l’un des meilleurs joueurs à avoir saisi un bâton de golf». Devant ces belles paroles, Mickelson s’est empressé de demander avec humour si quelqu’un avait bien enregistré la séquence tellement il n’en croyait pas ses oreilles.

Car au fil des deux dernières décennies, Woods a toujours trouvé le moyen de le contrarier. De six ans plus jeune, le Tigre a abaissé plusieurs de ses marques dès les rangs universitaires. Chez les pros, sa domination a laissé le talentueux gaucher en plan.

L’histoire démontre qu’à plusieurs reprises, Woods l’a éclipsé. Il s’est rapidement installé dans sa tête sans même payer un loyer !

«Il y a quelques moments où j’ai pu avoir le dessus, comme au tournoi AT&T à Pebble Beach en 2012, a précisé Lefty. J’ai gagné avec une ronde finale de 64 pendant que Tiger terminait avec un 75 à mes côtés. Je préfère me remémorer ces moments.»

Il faut avouer qu’il a rarement savouré ces instants de joie dans leur longue bataille. Une victoire vendredi lui permettrait d’obtenir une minime vengeance.

Neuf millions de dollars, ça ne change pas le monde, mais... au-delà de la fierté et de l’honneur, Mickelson préférerait-il compléter son Grand Chelem en remportant l’Omnium américain ? Il pourrait enfin ignorer les railleries agaçantes de Woods.

Qu’importe, ce duel n’a rien d’officiel. Il ne laissera aucune trace dans les livres d’histoire du sport... Il sera toutefois divertissant.

LE MATCH (Partie par trou)

9 millions $ au vainqueur

Club de golf Shadow Creek, Las Vegas 7560 verges, normale 72

DES CARRIÈRES REMARQUABLES

PHIL MICKELSON

48 ans

27e golfeur mondial

43 victoires sur le circuit de la PGA

50 victoires professionnelles en carrière

5 conquêtes majeures

Gains en carrière de 88 254 084 $

TIGER WOODS

42 ans

13e golfeur mondial

80 victoires sur le circuit de la PGA

106 victoires professionnelles en carrière

14 conquêtes majeures

Gains en carrière de 115 504 853 $

♦ Ils ont joué 37 fois dans le même groupe. En tenant compte du score, Woods montre une fiche de 18-15-4 face à Mickelson.

En formule partie par trou (matchs en simple)

PHIL MICKELSON

Coupe Ryder : 8-6-1

Coupe des Présidents : 4-5-3

Championnat du monde : 24-14

TIGER WOODS

Coupe Ryder : 4-2-2

Coupe des Présidents : 6-2

Championnat du monde : 33-10

DANS LE CALEPIN...

Avec le décalage horaire, le match sera présenté au Québec à partir de 15 h à la télé à la carte du Canal Indigo et Shaw Direct au coût de 24,99 $, soit 5 $ de plus qu’aux États-Unis. Les magasins Golf Town présenteront le match pour le plaisir de leurs clients.

À l’antenne de B/R Live, l’avant-match rassemblera le coloré golfeur professionnel Pat Perez, l’ancienne vedette de la NBA à l’élan aussi bizarre qu’unique Charles Barkley et l’acteur américain Samuel L. Jackson. Gageons que ces trois-là n’auront pas la langue dans leur poche. Barkley est reconnu comme un analyste suscitant fréquemment la polémique.

En 1998, Mickelson avait remporté un pari contre Woods durant une ronde d’entraînement. Pour barber son adversaire, il avait photocopié les billets de 100 $ de son butin et les avait insérés dans son casier. «C’est la seule fois que j’avais gagné. Il fallait que je l’agace. Je ne suis pas le meilleur gars contre qui il faut perdre. J’ai tendance à le faire savoir quand je gagne. Si je remporte ce match, ce sera bien pire que ce que j’ai fait en 1998.»

Shadow Creek, bébé du magnat Steve Wynn, est passé aux mains de MGM Resorts en 2000, dix ans après sa construction. Pour les adeptes de golf courant les plus beaux clubs au monde, n’entre pas qui veut sur la propriété. Il faut non seulement allonger plus de 500 $, mais il faut aussi être client du complexe MGM. À cela s’ajoutent les contraintes quotidiennes et les heures de départ limitées. Mais quand les astres sont alignés, l’investissement en vaut la chandelle.

Sur le réputé palmarès 2017-2018 des 100 plus beaux parcours de golf des États-Unis publié par le magasine Golf Digest, Shadow Creek occupe le 26e rang. Il vient au 6e échelon des plus beaux parcours publics des États-Unis.

Chez les preneurs aux livres de Vegas, Woods est favori à 2 contre 1. Misons un vieux 2 $ en papier sur Woods...