Boxe

Steven Butler a hâte de vivre l’ambiance du Colisée Financière Sun Life

Publié | Mis à jour

À l’image de Sidney Crosby lorsqu’il portait l’uniforme de l’Océanic de Rimouski, Steven Butler ne passe pas inaperçu dans tous ses déplacements à Rimouski. Comme son idole, le protégé d’Eye of the Tiger Management a rapidement été adopté par la ville.

À quelques heures de la pesée officielle en vue de son combat de samedi contre Jesus Antonio Gutierrez (25-2-2), Butler a surtout hâte de découvrir l’atmosphère du Colisée Financière Sun Life.

«Je suis fébrile. La vente de billets va extrêmement bien. J’ai hâte de voir comment le monde va réagir», a expliqué le boxeur de 23 ans qui a occupé toute la patinoire, jeudi matin, lors de la conférence de presse pour promouvoir le gala organisé en partenariat avec l’Océanic. Bloqué à l’aéroport de Toronto, Gutierrez arrivera pour la pesée prévue vendredi midi.

S’il craint son adversaire pour sa force de frappe et sa fougue sur le ring, Steven Butler (25-1-1) souhaite surtout profiter du soutien de la foule pour le déstabiliser.

«Je sais déjà que ce sera un combat difficile, autant mentalement que physiquement. Je suis ici depuis une semaine et j’en reviens pas comment les gens sont chaleureux et respectueux. C’est sûr que je vais revenir ici. C’est le fun pour un jeune athlète de voir autant de personnes s’intéresser à mon combat. L’entraînement a été à la perfection. Je n’ai pas d’excuses», indique la nouvelle coqueluche de Rimouski.

Beaucoup à l’enjeu

Arrivé dans le Bas-Saint-Laurent dans les dernières heures, Antonin Décarie découvre à son tour la frénésie entourant la finale mettant en vedette Butler. Le directeur général d’Eye of the Tiger Management sait toutefois que la tâche ne sera pas facile pour son poulain.

«C’est un combat compliqué. On parle de deux gars qui ne sont pas habitués à la défaite et qui font partie de l’élite mondiale. Il y a beaucoup à l’enjeu. J’ai extrêmement confiance en Steven, sinon on n’aurait pas choisi ce gars-là, mais je suis conscient que la tâche sera dure. Ce ne sera pas gagné d’enfance. Steven a eu un bon camp d’entraînement. Il l’a pris au sérieux. C’est réconfortant», estime Décarie.

Parmi les autres affrontements prévus demain soir, la demi-finale chez les poids lourds opposant le Russe Arslanbek Makhmudov à l’Américain Andrew Satterfield devrait faire tourner les têtes. Les deux boxeurs n’ont pas connu la défaite jusqu’à maintenant.

Le seul combat féminin chez les professionnels mettra en vedette la Montréalaise Kim Clavel (4-0, 1 K.-O.) contre la Mexicaine Ana Victoria Polo (7-3, 1 K.-O.).