Ski et planche

Erik Guay, un skieur d’exception

Publié | Mis à jour

Malgré de nombreuses blessures qui l’ont tenu à l’écart des pentes, Erik Guay est toujours revenu en force et a réussi à s’établir, au fil des ans, comme le plus grand skieur canadien de l’histoire. Voici quelques-uns de ses plus grands faits d’armes.

Champion du monde de super-G

En février 2017, une dizaine de jours après avoir lourdement chuté à Garmisch-Partenkirchen, Erik Guay avait créé la surprise en enlevant le titre mondial en super-G, à Saint-Moritz, en Suisse. À 35 ans, il devenait le skieur le plus âgé à triompher en championnat du monde de ski alpin. Il était également devenu le premier champion du monde canadien de l’histoire en super-G. Son coéquipier Manuel Osborne-Paradis, qui avait terminé troisième, l’avait accompagné sur le podium.

Autre podium à Saint-Moritz

Quatre jours après son triomphe en super-G, Guay avait confirmé son retour en force sur la scène internationale en enlevant la médaille d’argent en descente à Saint-Moritz. Il était alors devenu le premier Canadien à gagner deux médailles dans les mêmes championnats du monde. Ces deux podiums pour le moins inattendus survenaient trois ans après sa dernière victoire en Coupe du monde. Il avait ensuite dû faire l’impasse sur la saison 2014-2015 pour se remettre d’une opération au genou gauche.

Un premier titre mondial

L’athlète de Mont-Tremblant a atteint le sommet pour la première fois en 2011, à Garmisch-Partenkirchen, en s’adjugeant le titre de champion du monde de descente. Il succédait ainsi à son compatriote John Kucera, champion en titre de la spécialité. L’exploit était grand pour le jeune Québécois, qui avait dû faire l’impasse sur les Coupes du monde de Kitzbuhel et Wengen quelques semaines plus tôt en raison d’une blessure à un genou.

Le globe de cristal du super-G

En mars 2010, la victoire de Guay en super-G à la Coupe du monde de Garmisch-Partenkirchen lui a permis de mettre la main sur le petit globe de cristal de la spécialité. Il lui faudra ensuite attendre sept ans avant de savourer à nouveau la victoire en super-G, ce qu’il a réussi à faire aux Mondiaux de Saint-Moritz.

Une menace constante

Au cours de sa carrière, Guay a été une menace constante en Coupe du monde. Il y a remporté 25 médailles et est devenu le Canadien le plus titré de l’histoire sur le prestigieux circuit. Sa première médaille en Coupe du monde, il l’a remportée en descente en sol canadien, en 2003, à Lake Louise.

La seule chose qui manque à son illustre palmarès est un podium olympique, mais il est passé bien près. Quatrième en super-G aux Jeux de Turin, en 2006, il avait ensuite terminé cinquième lors des deux épreuves de vitesse des Olympiques de Vancouver, en plus de finir 16e en slalom géant. À Sotchi, en 2014, il s’était classé 10e en descente et n’avait pas terminé sa course en super-G. Une blessure au dos survenue lors de la descente de Val Gardena en 2017 l’a empêché de participer aux Jeux olympiques de Pyeongchang.