Ski et planche

Erik Guay annonce sa retraite

Publié | Mis à jour

Son moral n'y était plus. Erik Guay annonce sa retraite du ski alpin.

Le skieur canadien le plus prolifique de l'histoire a confirmé jeudi qu'il quittait son sport au cours d'une rencontre de presse en marge de la Coupe du monde à Lake Louise. Guay a pris sa décision au bout d'un long moment de réflexion dans sa chambre d'hôtel, mercredi soir, après avoir vu son coéquipier Manuel Osborne-Paradis subir une double fracture à la jambe gauche, quelques heures plus tôt lors de la première descente d'entraînement.

Guay avait quand même pris le départ, mais son 69e rang a trahi les effets que cet accident venait de causer sur sa motivation. Ce fut le déclic.

«Quand “Manny” a chuté et que l'hélicoptère est venu le chercher, ça m'a tout pris pour entrer dans le portillon de départ. Je n'avais plus envie. Je sais que c'est un sport à risque et ça ne me dérange pas de prendre les risques si c'est pour un podium ou la chance d'en faire un. Mais quand tu prends des risques pour finir 30e, dans mon esprit, ça ne vaut pas la peine», a expliqué le skieur de Mont-Tremblant au "Journal de Québec", peu de temps avant d'annoncer publiquement sa décision à la station de Lake Louise.

Une accumulation

Ennuyé par une blessure récurrente au dos qui lui a fait rater les Jeux olympiques de Pyeongchang, le spécialiste des épreuves de vitesse avait convenu de tenter le coup pour une saison supplémentaire. Par contre, les résultats durant l'entraînement estival n'arrivaient pas à satisfaire ses propres standards d'excellence.

Un accident à un autre coéquipier, Broderick Thompson, durant un entraînement à Nakiska la semaine dernière, est venu saper davantage sa motivation à continuer.

«J'avais toujours un retard. Je n'étais pas compétitif dans les entraînements d'été et je jugeais que j'aurais eu besoin de plus de temps. Quand je suis arrivé en novembre et que je n'avais pas de progression, j'ai commencé à me poser la question si ça valait encore la peine», a révélé l'athlète de 37 ans.

«À un moment donné, il y a trop de choses qui venaient me chercher. Ça devenait trop compliqué pour ma tête. Aussitôt que je pars pour plus d'une semaine, ça me manque d'être au Québec et avec ma famille. Ce sont toutes ces circonstances qui sont venues m'affecter, mais ça fait un petit bout que j'y pensais.»

«Je me sens libéré»

Ironiquement, Guay confirme son départ où il avait remporté le premier de ses 25 podiums en Coupe du monde, un sommet pour un skieur canadien. Le 29 novembre 2003, il avait alors terminé deuxième de la descente.

«C'est une belle journée. Je me sens libéré», assure le nouveau retraité, qui participera tout de même au super-G de dimanche, «juste pour saluer les bénévoles et les entraîneurs le long de la piste».

«Ça va être la fermeture de ma carrière. C'est peut-être quétaine, mais vu que j'ai fait mon premier podium ici à Lake Louise, c'est la bonne place pour prendre ma retraite.»