Steven Butler

Photo : Steven Butler Crédit : Capture d'écran / TVA Sports

Boxe

De l'engouement pour Steven Butler à Rimouski

Publié | Mis à jour

Un boxeur retient constamment des leçons de ses victoires et de ses échecs. Depuis sa défaite contre Brandon Cook en 2017 au Centre Bell, Steven Butler a littéralement changé son style sur le ring. Il devait faire cet examen de conscience pour poursuivre son ascension vers un titre de champion du monde.

L’étoile montante de la boxe au Québec avoue qu’il se fiait trop sur sa force de frappe pour passer le K.-O. à ses adversaires.

Beaucoup plus stratégique, Butler (25-1-1) gère dorénavant mieux ses énergies pour éviter de se retrouver en perte de vitesse et devenir une cible de choix. Selon lui, ses sept dernières victoires prouvent que son retour à l’école a été profitable pour la suite de sa carrière.

«Mes combats sont devenus un jeu d’échecs. Je me sens plus complet, j’ai une meilleure défensive et je suis capable de m’ajuster», a expliqué le protégé d’Eye of the Tiger Management à la suite d’un entraînement public, en marge de son affrontement contre le Mexicain Jesus Antonio Gutierrez (25-2-2).

Un boxeur dangereux

Butler estime qu’il affrontera le plus boxeur le plus redoutable de sa carrière samedi prochain, au Colisée Financière Sun Life de Rimouski. Gutierrez foncera constamment en sa direction pour l’atteindre au corps.

«Ce n’est pas le meilleur, mais le plus "tough". Je serai prêt physiquement et mentalement. C’est un gars qui a des couilles. Il est jeune comme moi et il a faim. Il fonce sans arrêt avec ses mains hautes et il va à la guerre. Ce ne sera pas mon plan de match et je ne devrai pas embarquer dans le sien. Les Mexicains ne sont pas les meilleurs boxeurs, mais les plus dangereux. Ils sont acharnés. L’argent canadien en peso, c’est beaucoup pour eux autres», relate l’athlète de Montréal.

Pour éviter les pièges, l’entourage de Steven Butler a fait appel à un partenaire d’entraînement du même type que Jesus Antonio Gutierrez.

«On voulait le sortir de sa zone de confort pour savoir comment il allait réagir dans certaines situations problématiques. Il devait trouver des solutions et il réagissait bien. On a un adversaire qui peut donner tout un show. Gutierrez sera dans ses shorts, mais Steven devra se faire respecter», indique l’un des entraîneurs de Butler, Jean-François Bergeron.

Un engouement surprenant

Arrivé à Rimouski vendredi, Butler se dit étonné de l’engouement entourant la présentation de son combat dans le Bas-Saint-Laurent.

Plus de 2000 billets ont été vendus jusqu’à maintenant pour le gala du 24 novembre. Une centaine de curieux se sont entassés près d’un ring pour le voir à l’œuvre, samedi après-midi, lors d’un entraînement présenté au Carrefour Rimouski.

«Je suis surpris de voir le monde embarquer de cette façon. Je me suis mis la pression de conquérir les "fans". Je ne veux pas décevoir la ville parce que les gens sont chaleureux et respectueux. Je vise un championnat du monde pour l’an prochain ou en 2020. Chaque combat est important d’ici là», croit Butler.