LHJMQ

Nicolas Beaudin et les conseils de Duncan Keith

Publié | Mis à jour

Il y a des conseils plus utiles que d’autres et, quand ils viennent d’un «deux fois gagnant» du trophée Norris, remis au meilleur défenseur de la LNH, disons qu’ils ont plus de poids. Parlez-en à l’arrière des Voltigeurs de Drummondville, Nicolas Beaudin !

Le choix de premier tour des Blackhawks de Chicago lors du dernier repêchage de la LNH a vécu son premier bain chez les professionnels il y a quelques mois en participant au camp des recrues, puis au camp principal de l’équipe.

Défenseur offensif au petit gabarit, il y avait un défenseur avec lequel il voulait discuter pendant son passage à Chicago, un arrière qui pratique un style semblable au sien et qui a connu sa part de succès dans le grand circuit : Duncan Keith.

Conseils

«Je suis allé le voir, je me suis présenté et je lui ai dit que je l’admirais beaucoup, a raconté Beaudin lors d’un entretien avec Le Journal durant la Série Canada/Russie qui a pris fin jeudi soir à Drummondville (voir autre texte). Il m’a dit de continuer à jouer mon style, que parfois on s’attardait trop sur les X et les O et que, puisque je suis bon avec la rondelle, de m’assurer que je l’aie le plus souvent possible. Quand ça vient de lui, disons que ça reste entre les deux oreilles.»

En plus de discuter avec celui qui a remporté le Norris en 2010 et en 2014, ainsi que le Conn-Smythe en 2015, Beaudin a également pris le temps de le regarder sur la patinoire.

«Ce que j’ai vu de lui, c’est que tous les jeux qu’il fait, il les fait avec conviction. Que ce soit une passe du revers ou un petit dégagement, il les fait toujours avec force.»

Avec Équipe Canada junior ?

Pas de doute que 2018 a été une grosse année pour le défenseur de 19 ans. Après une sélection en première ronde en juin, puis un premier contrat professionnel signé il y a quelques semaines, l’année pourrait bien se conclure de belle façon, s’il parvient à se tailler une place avec la formation canadienne, en vue du Championnat mondial de hockey junior.

Parmi ses supporteurs, il y a évidemment son entraîneur avec les Voltigeurs de Drummondville, Steve Hartley. Ce dernier le connaît depuis longtemps, puisqu’il l’a dirigé au niveau midget AAA avec les Grenadiers de Châteauguay. À ses yeux, Beaudin a la capacité d’adaptation requise pour représenter le Canada lors de la période des Fêtes.

«Que ce soit au niveau midget ou junior, il trouve toujours la façon d’assimiler le niveau de jeu rapidement. Dans un tournoi court terme, lors duquel tu n’as qu’une ou deux semaines pour te tailler une place, c’est un atout extrêmement important. Disons que je ne miserais pas contre lui», a-t-il mentionné.