Les Partants

«Je suis prêt pour la guerre» - Jean Pascal

Publié | Mis à jour

Le boxeur Jean Pascal (33-5-1, 20 K.-O.) disputera un 10e combat de championnat du monde dans un peu plus d’une semaine, le 24 novembre à Atlantic City, où il tentera de ravir la ceinture de la WBA des mi-lourds au Russe Dmitry Bivol (14-0-0, 11 K.-O.). Certes, le Québécois est prêt à tout pour en arriver à ses fins.

Le dernier combat de Pascal a eu lieu contre le Québécois Steve Bossé, qui disputait le deuxième combat de boxe de sa carrière. Il y aura ainsi probablement un monde de différence entre le niveau de boxe offert par Bossé et celui qu’offrira Bivol.

«J’ai fait le tour du jardin, a souligné Pascal, vendredi, lors de l’émission Les Partants, sur les ondes de TVA Sports. Je connais mon métier, je connais mon sport. Ça ne fera pas une grosse différence.

«Pour l’entraînement, il faut que je m’adapte, Bivol est beaucoup plus jeune et il a beaucoup plus d’expérience en boxe amateur. Il est champion du monde et ancien champion du monde amateur. C’est un entraînement beaucoup plus robuste, beaucoup plus sérieux. Je suis un vétéran alors je suis prêt pour la guerre.»

Et Pascal compte sur sa vaste expérience, notamment ses deux combats contre Bernard Hopkins, pour vaincre Bivol, qui a la nationalité russe, mais qui est né au Kirghizistan.

«C’est important pour moi d’apporter ce bagage d’expérience dans l’arène pour pouvoir vaincre Dmitry Bivol contre Hopkins l’avait fait avec moi, a confié Pascal, qui s’envolera pour Atlantic City, lundi. Les rôles sont inversés présentement. Je suis le Bernard Hopkins et Bivol est le Jean Pascal jeune, fringant.

 «Je voulais me servir de la notoriété de Hopkins pour atteindre l’autre niveau, mais j’ai appris à mes dépens que l’expérience est quelque chose qu’on ne peut acheter. Ça vient avec les combats. Je vais servir la même recette à Dmitry Bivol.»

À voir dans la vidéo ci-dessus.