Impact

Impact: Bayiha et Kinumbe liés par le destin

Publié | Mis à jour

La cuvée 2018 de l’Académie de l’Impact est fertile. Après Mathieu Choinière au cours de l’été, c’était au tour de Daniel Kinumbe et Clément Bayiha de signer un contrat avec le Bleu-blanc-noir, vendredi.

Le premier est un défenseur gauche de 19 ans originaire de Sherbrooke, alors que le second est un milieu de terrain polyvalent aussi âgé de 19 ans né au Cameroun, mais qui a grandi à Sainte-Thérèse.

«C’est très excitant, je suis fier de moi, je suis content de cette opportunité et je regarde vers l’avant», a lancé Kinumbe en mêlée de presse.

«Au début, je n’y croyais pas, je me demandais si c’était vraiment ça. Enfin, c’est arrivé ! Depuis que je suis tout petit que je rêvais de ce moment-là et j’espère que ce n’est que le début», a admis Bayiha en parlant du moment où il a tenu le stylo pour apposer sa signature sur le contrat.

Les deux joueurs ont signé une entente d’un an assortie de trois années d’option.

Leur arrivée compensera les départs des ex-académiciens Louis Béland-Goyette et David Choinière.

Dans la mire de Garde

Les deux jeunes hommes étaient dans la mire de Rémi Garde depuis longtemps puisqu’il les avait invités à participer au camp d’entraînement de l’équipe en Floride, en février dernier.

«Daniel et Clément sont deux jeunes joueurs avec un bon potentiel, a indiqué l’entraîneur-chef de l’Impact dans un communiqué. Leur bon investissement personnel dans le travail à l’entraînement lors du camp 2018 avec les pros me laisse penser qu’ils possèdent une marge de progression intéressante.»

Les deux jeunes joueurs se sont entraînés régulièrement avec la première équipe avant de se joindre au Fury d’Ottawa, en août.

«Il y avait beaucoup de choses que j’avais à améliorer depuis le camp d’entraînement, Rémi me l’a dit. Il y a encore à faire, mais j’ai pris de l’avance sur ce qu’il m’avait dit», a avancé Kinumbe, qui ne manque pas de confiance.

Amélioration

Les deux jeunes joueurs ont été suivis par Garde, qui leur a dit ce sur quoi ils devaient travailler pour devenir de bons professionnels.

«Rémi m’a dit que je devais travailler ma première touche et ma prise de décision. J’ai travaillé sur ça à l’entraînement», a souligné Bayiha qui, il faut le souligner, sait très bien où se trouve le filet adverse sur le terrain, ce qui est aussi le cas de Kinumbe, même s’il est défenseur.

«Ma forme physique doit être au top, et mentalement, je dois toujours rester concentré et j’ai un peu de misère avec ça.»

Kinumbe estime que leur participation au camp d’entraînement, l’hiver dernier, sera un plus pour celui de 2019.

«C’est sûr que ça ne sera pas nouveau, mais l’objectif demeure le même, je dois me prouver et bien paraître.»

Les deux jeunes hommes ont aussi participé au tournoi U21 de Toulon, en France, l’été dernier.

Cette compétition internationale est très relevée et Kinumbe a été le seul joueur canadien à disputer toutes les minutes de son équipe.

«Ce tournoi a été très bon et je crois qu’il m’a permis d’améliorer ce que je devais améliorer parce que j’ai affronté de bons joueurs.»

Drôle de coïncidence

Les deux joueurs se suivent et évoluent en parallèle depuis longtemps. Drôle de coïncidence, ils sont même nés à une semaine d’écart.

«On est nés le même mois, on suit le même parcours. On dit souvent qu’on est des jumeaux d’une mère différente!», a blagué Kinumbe.

Les deux coéquipiers vont maintenant devoir unir leurs forces afin de se tailler une place dans un effectif qui peut les accueillir, mais qui ne leur fera pas de cadeaux.

(Voyez le reportage de Nicolas A Martineau dans la vidéo ci-dessus)