SPO-ARMADA-LHJMQ-REMPARTS

Crédit : Joël Lemay / Agence QMI

LHJMQ

Les Remparts gardent la tête hors de l'eau

Publié | Mis à jour

QUÉBEC - Les Remparts de Québec complèteront le premier tiers de leur saison en effectuant un retour attendu devant leurs partisans au Centre Vidéotron, vendredi, contre les Cataractes de Shawinigan. Pour Patrick Roy, ses protégés ont de quoi être satisfaits de leur rendement, surtout que les blessures ont miné l’effectif plus souvent qu’autrement.

Malgré l’absence de Louis-Filip Côté, à l’écart depuis près d’un mois en raison d’une entorse à la cheville subie au moment où il connaissait ses meilleurs moments dans la LHJMQ sur le premier trio et celle du gardien Dereck Baribeau (fracture de la main), inactif depuis la mi-novembre, les Diables rouges ont maintenu une fiche de 9-9-1-2. Côté pourrait revenir juste avant les Fêtes.

À ces éclopés s’est ajoutée la recrue Nicolas Savoie, qui prenait de plus en plus du galon à la ligne bleue avant que l’assaut dont il a été victime par Vincent Senez, des Cataractes, vendredi dernier, le mette hors-jeu pour au moins un mois. Il est aux prises avec une commotion cérébrale et une fracture de la joue, et il a été opéré dimanche. Les Remparts sont aussi privés du défenseur Braeden Virtue, qui a subi une dislocation de l’épaule au début octobre. L’Américain ne renouera pas avec l’action avant janvier.

«Quand tu manques une semaine ou deux, ce n’est pas si pire, mais on a des joueurs pour qui c’est quatre à six semaines. [...] Ça fait partie de la saison et faut composer avec ça. Ce qui est réconfortant en même temps, c’est de voir qu’on a réussi à maintenir le cap et à se tenir aux alentours de ,500 dans une association très serrée», s’est réjoui l’entraîneur-chef et directeur général, mercredi.

Éthique irréprochable

Un autre aspect emballe le grand patron depuis le début de la saison et c’est le travail au pic et à la pelle que ses joueurs lui offrent sur une base constante, et ce, même dans les rencontres où le pointage était loin d’être à leur avantage.

«Je ne me pose pas la question soir après soir si on va travailler. L’éthique de travail est sans reproche. J’aime aussi voir la progression du groupe, je sens que notre équipe s’améliore de match en match», a souligné Roy.

Avec 14 patineurs âgés de 18 ans et moins, dont six n’ayant pas atteint la majorité, la jeunesse occupe une place importante chez les Remparts. Roy a vanté la progression de ses nombrils verts.

«On ne regarde pas contre qui ils jouent, on ne s’amuse pas à confronter les trios. Peut-être qu’on va le faire dans certaines occasions, mais en général, on essaie d’exposer nos jeunes à de bons trios et à des trios plus matures. Et je pense que c’est la manière de faire pour leur permettre de progresser», a-t-il assuré.

Semaine d’entraînement

Ayant un calendrier chargé, les Remparts ne s’étaient entraînés qu’à une trentaine de reprises depuis le début du camp préparatoire avant cette semaine, entraînements les jours de match inclus. D’ici vendredi, Roy aura sorti le sifflet trois fois de suite, une première depuis belle lurette.