Combats

Mansour Barnaoui: retenez ce nom!

Publié | Mis à jour

Vedette montante des arts martiaux mixtes, le combattant Mansour Barnaoui impressionne bien des gens du milieu, dont Georges St-Pierre et son entraîneur Firas Zahabi.

Le Français d’origine tunisienne, que l'on surnomme l'«afro-samouraï», se battra bientôt en demi-finale d'un grand tournoi, le Road FC, qui va permettre au vainqueur d'empocher un million $.

«Ça représente beaucoup, cette somme-là, ça peut changer une vie», a-t-il admis, lundi, en entrevue à TVA Sports.

L’athlète de 26 ans, qui combat chez les 155 livres, vient s'entraîner au Québec chaque fois qu'il le peut. Il était au gym Tristar, lundi. Zahabi, qui l’entraîne lorsqu'il est ici, n’a que de bons mots pour lui.

«C'est un élève exceptionnel, il a un athlétisme et une vitesse incroyable, un esprit de guerrier, a-t-il mentionné. Avec lui, il y a toujours de l'action. Tu ne peux pas regarder un round de Mansour et penser que c’est plate.»

Georges St-Pierre est également élogieux à son sujet. Et tout comme son entraîneur, il tente de l'aider à se préparer à livrer le plus important combat de sa carrière.

«Georges, c'est un grand fan de Mansour (...) il ressemble beaucoup à son (futur) adversaire et on fait de notre mieux pour l'aider», a indiqué Zahabi.

«Pour être plus fort, il faut avoir de tout et tout apprendre, a expliqué Barnaoui. Ce sont des anciens et ils me donnent beaucoup d'expérience.»

Aziz Mahi, entraîneur de Barnaoui en France, a acceuilli celui-ci dans son gymnase situé en banlieue de Paris alors qu'il n'avait que 14 ans. Il a vite compris qu'il avait l'étoffe d'un champion.

«Il était le plus jeune de l'équipe et il ne roulait qu'avec des adultes dès l’âge de 14 ans, donc génétiquement c'est une personne très forte et il a un gros coeur et un gros mental pour pouvoir combattre», a-t-il souligné.

Pour l'instant, Barnaoui garde les yeux rivés vers le titre du Road FC. Mais après, il espère s'installer à Montréal pour de bon, où il a d’ailleurs aussi trouvé l'amour.

Il espère mettre la main sur la volumineuse bourse du tournoi asiatique et ensuite, tourner son attention vers l’obtention d’un contrat en UFC.

Voyez le reportage de Nancy Audet dans la vidéo ci-dessus.