Crédit : Daniel Mallard/Agence QMI

LHJMQ

Bryan Lizotte rend les armes

Bryan Lizotte rend les armes

Mikaël Lalancette

Publié 11 novembre
Mis à jour 11 novembre

Un dur revers de 9-0. Le Titan venait de s’incliner contre les Mooseheads de Halifax samedi soir.

L’entraîneur-chef Bryan Lizotte et le directeur général de l’équipe, Sylvain Couturier, ont convenu qu’ils devaient se parler ce dimanche matin.

On dit souvent que la nuit porte conseil. Les deux se sont rendus à l’évidence qu’il valait mieux prendre des directions différentes.

Lizotte, 33 ans, rentre dans ses terres. Sa femme et ses trois enfants (les trois sont âgés de moins de cinq ans) l’attendent à Québec. Une conciliation travail-famille difficile.

Après 4 victoires en 21 parties comme entraîneur-chef de la formation acadienne, Lizotte a renoncé à son rêve de diriger comme entraîneur-chef dans la LHJMQ.

Je lui ai parlé en milieu d’après-midi dimanche. Il était en voiture en direction de Québec.

Un mot a résonné aussi régulièrement que le tic tac d’un horloge lors de la conversation.

«Équilibre»

Bryan Lizotte avait le sentiment de ne plus avoir d’équilibre. Il est reconnaissant envers le Titan et la chance qu’on lui a donnée de diriger les rênes d’une formation de la LHJMQ. Il y rêvait depuis longtemps.

La haute direction du Titan n'a pas tenté de le retenir à tout prix. On s’inquiétait notamment de voir l’équipe encaisser de dures défaites.

Dès le deuxième match du calendrier régulier, le Titan a été malmené 9-3 à domicile contre les Screaming Eagles.

Puis, les champions en titre de la coupe du Président et de la Coupe Memorial ont subi des défaites cinglantes de 7-1 contre les Sea Dogs, de 8-1 et 7-0 contre les Wildcats, de 6-0 contre le Phoenix, de 6-1 contre les Remparts, 6-1 contre les Islanders et de 8-2 contre les Mooseheads.

Le revers de 9-0 contre Halifax samedi soir a peut-être été un élément déclencheur. La goutte qui fait déborder le vase.

Bryan Lizotte a décidé de sauter dans le vide. Il rentre à la maison et il va garder son téléphone ouvert. Sa passion pour le coaching ne s’est pas envolée en fumée dans la nuit de samedi à dimanche.

«Je me verrais aider une équipe proche de chez nous», résume-t-il.

Le retour du doyen

Mario Durocher devrait être présenté aux médias de Bathurst en milieu de semaine.

La feuille de route de l’entraîneur de 55 ans est étoffée. En plus de plusieurs postes d’adjoint, il a dirigé la destinée des Tigres, des Castors, des MAINEiacs, des Screaming Eagles et des Foreurs.

Il sera de retour à Bathurst, puisqu'il a aussi dirigé le Titan de 2004 à 2006. Ironie du sort, il renouera avec Sylvain Couturier, qu’il connait bien.

C’est d’ailleurs Durocher qui l’avait remplacé à la barre de l’équipe en 2004. Le Titan avait alors perdu ses neuf premiers matchs de la saison avec Couturier comme entraîneur-chef.

Durocher a été remercié par le Titan à l’issue de la saison suivante.

Le voilà de retour dans la LHJMQ. Son histoire d’amour avec le hockey junior québécois n’est pas terminée.

On ne peut plus rien lui enseigner sur les hauts et les bas du métier d'entraîneur-chef. Mario Durocher les a tous vécus.

Il a un autre beau défi devant lui.