Crédit : JEAN-FRANCOIS DESGAGNES/JOURNAL

LHJMQ

Bryan Lizotte et le Titan se séparent

Publié | Mis à jour

L’association entre le Titan d’Acadie-Bathurst et son entraîneur-chef Bryan Lizotte est terminée.

Occupant ce rôle depuis quelques mois seulement, ce dernier a décidé de mettre sa carrière sur pause pour des raisons familiales alors que «la situation était de plus en plus difficile» pour sa conjointe et lui. Il sera remplacé par Mario Durocher dont il s’agira d’un retour avec l’équipe du Nouveau-Brunswick.

Lizotte avait succédé à Mario Pouliot derrière le banc des champions en titre de la Coupe Memorial lors de son départ vers Rouyn-Noranda durant l’été après avoir été son adjoint au cours des deux années précédentes.

Malgré sa promotion et un contrat de trois ans en poche, sa conjointe et leurs trois enfants en bas âge demeuraient toujours à Québec et il n’a jamais été question pour eux de déménager dans la baie des Chaleurs.

«Ce n’était pas une situation idéale avec trois jeunes enfants. Je n’avais plus d’équilibre. Dans la vie, il faut prendre des décisions et j’avais de la misère à concilier tout ça. Je veux remercier le Titan et Sylvain Couturier qui m’ont permis de remporter une coupe Memorial», a expliqué l’homme de hockey de 33 ans en entrevue téléphonique au Journal de Québec alors qu’il était en route vers Québec.

Reconstruction

Lizotte et Couturier ont officialisé leur divorce au lendemain d’une cinglante défaite de 9-0 écopée aux mains des Mooseheads à Halifax, une 17e en 21 parties cette saison.

Le Titan, avant-dernier au classement général en vertu d’un dossier de 4-16-1, souffre d’un pénible lendemain de veille après s’être hissé au sommet du hockey junior canadien au printemps dernier et, sans entrer dans les détails, Lizotte a reconnu que la reconstruction qui s’annonce longue et ardue a aussi contribué à ce qu’il retourne auprès des siens.

«Je savais que la reconstruction était à long terme et je ne pensais pas que c’était faisable pour moi [avec la famille]», a-t-il lâché.

L’ancien pilote du Blizzard du Séminaire Saint-François veut se donner du temps avant de penser à se dénicher un nouveau boulot. Il se dit toutefois prêt à écouter si le téléphone sonne, à condition que sa famille y trouve son compte.

«Je veux prendre du temps pour moi avec ma famille. La dernière année a été tellement difficile. Je suis parti 10 mois et je suis revenu en juin. S’il y a une opportunité proche de Québec, je pense que ce serait envisageable pour moi. Ma famille va être une priorité», a assuré Lizotte, qui ne verrait aucun inconvénient à remettre le chapeau d’adjoint.

Parmi les meilleurs

En Durocher, le Titan se retrouvera avec l’un des pilotes les plus victorieux de l’histoire de la LHJMQ. Durocher revendique 500 victoires, ce qui lui confère le quatrième rang derrière Réal Paiement (541), Guy Chouinard (569) et Richard Martel (589). Il a signé un contrat de trois ans.

En plus d’avoir dirigé six équipes, le natif de Sherbrooke a également travaillé comme adjoint avec cinq clubs, dont trois avec lesquels il s’est ensuite retrouvé aux commandes. Durocher avait quitté son poste d’entraîneur-chef des Foreurs de Val-d’Or en milieu de saison l’an dernier avant d’aller épauler Martin Bernard derrière le banc du Drakkar de Baie-Comeau jusqu’à la fin de la campagne.