Crédit : AFP

LNH

Sénateurs: humiliation totale

Sénateurs: humiliation totale

Michel Bergeron

Publié 10 novembre
Mis à jour 10 novembre

On tente de nous faire croire dans l’entourage des Sénateurs d’Ottawa qu’on a déjà passé l’éponge sur le fameux «Ubergate». Oubliez ça. Ce malheureux incident va laisser des traces indélébiles sur plusieurs personnes, notamment sur l’entraîneur adjoint Martin Raymond qu’on a littéralement humilié sur la place publique.

À lire aussi : Le chauffeur s'explique

Je suis encore assommé. Sincèrement, je n’ai jamais rien vu de tel dans ma carrière. Soyons clair toutefois : ce qui s’est dit ce soir-là dans la voiture de raccompagnement n’a rien d’inhabituel. Je dirais même que ça fait partie du hockey!

Il y a toujours eu et il y aura toujours des joueurs mécontents qui, le soir entre eux, déblatèrent sur leurs entraîneurs. Je me souviens qu’à l’époque, quand je clouais un joueur au banc et que je le croisais le lendemain, je savais pertinemment qu’il parlait de moi. Mais c’est correct, c’est comme ça. Ne pensez pas que les entraîneurs ne font pas la même chose dans leurs rencontres d’après-match. On parle des bons et des moins bons coups de certains.

C’est comme ça!

Le problème, c’est que cette fois, ce fut étalé sur la place publique, et ce, au détriment de la seule victime de cette affaire, Martin Raymond. Je ne le connais pas personnellement, mais j’ai suivi sa carrière et tout ce que j’entends à son sujet est positif. Je me demande toutefois s’il sera en mesure de se relever.

Trop loin

C’est que cette fois, peu importe ce qu’on dira sur le chauffeur d’Uber qui a accepté de remettre ces images aux médias, il faut admettre que les joueurs des Sénateurs sont allés trop loin.

Tu peux critiquer un entraîneur, mais l’humilier comme ils l’ont fait pour faire rire ses coéquipiers, c’est inacceptable. Qu’on le veuille ou non, à partir de maintenant, ces paroles resteront collées à la peau de Martin Raymond pour un bout. Il s’en fera parler constamment, tout comme sa femme et ses enfants.

Quand je le voyais au centre de la patinoire en discussion avec Duchene, au lendemain de l’éclatement de ce petit scandale, je n’ai pu m’empêcher de me mettre en colère. C’était une mauvaise pièce de théâtre orchestrée par l’équipe de communications des Sens qui savait pertinemment que toutes les caméras seraient braquées sur les deux hommes.

Si Martin Raymond aura du mal à se relever de cet incident, ce qui m’enrage encore plus c’est que Matt Duchene, l’un des principaux acteurs dans la vidéo qui a circulé, s’en tirera comme si de rien n’était. À la fin de la saison, que ce soit à Ottawa ou ailleurs, il fera sauter la banque sur le marché des joueurs autonomes, et plus personne ne lui parlera de cette humiliation qu’il a infligée à Raymond.

Heureusement pour lui et pour les Sénateurs, ils ont remporté une victoire convaincante face aux Devils du New Jersey pour faire oublier, l’instant de quelques heures, le «Ubergate».

Mais ça prendra malheureusement plus que des victoires pour faire oublier ce fiasco.

Price trop technique?

Carey Price a pris le blâme après la défaite contre les Sabres, jeudi, dans ce qui a été son pire match à vie.

C’est un gardien très technique devant les buts, mais au lieu d’y aller avec la technicité, pourrait-il garder les buts par instinct parfois comme le faisait Martin Brodeur?

Et je n’ai rien contre le fait qu’on critique ou qu’on hue des athlètes à l’occasion, mais quand j’entendais jeudi les applaudissements sarcastiques alors que le gars écoule la première année d’un contrat de huit ans, je ne vois pas cela comme un bon signe.