Courteau draft 2018

Crédit : Le Journal de Québec

LHJMQ

Réduction du calendrier dans la LHJMQ: une question de revenus, rappelle Courteau

Publié | Mis à jour

SHAWINIGAN - Avant que la LHJMQ puisse penser à réduire son nombre de rencontres durant la saison régulière, il faudra qu’elle trouve une manière de limiter les potentielles pertes de revenus que cette décision engendrerait, a reconnu le commissaire Gilles Courteau, vendredi.

Invité à commenter la réflexion de Patrick Roy, qui proposait dans notre édition d’hier d’alléger le calendrier à 60 rencontres, soit huit de moins qu’actuellement, le commissaire s’est dit ouvert à des changements dans le futur si les conditions le permettent. Avant le programme de vendredi soir, les Remparts avaient disputé huit de leurs 21 premiers matchs en semaine (lundi au jeudi), ce qui représentait 38 % de l'ensemble de leurs activités.

«Quand on a procédé à la réduction du nombre de matchs (de 72 à 70 puis à 68), les budgets d’opérations n’étaient pas les mêmes qu’aujourd’hui. Les budgets d’opérations sont plus importants et il faut avoir les ressources financières pour permettre aux équipes de continuer. Il faudrait trouver des sources financières additionnelles», a soulevé M. Courteau en entrevue avec «Le Journal de Montréal»à Shawinigan où était effectué le lancement de la tournée du 50e anniversaire du circuit, hier.

Puisque les changements de règlements doivent être entérinés par le bureau des gouverneurs, beaucoup d’eau pourra avoir coulé sous les ponts avant que les joueurs bénéficient d’un répit semblable. M. Courteau a rappelé que trois facteurs devront être pris en compte, soit l’importance des études, la clientèle du circuit et les événements de la LCH ainsi que les rendez-vous internationaux qui pullulent depuis quelques années, et «qui sont très demandant pour nos joueurs que l’on qualifie de vedettes ou de vedettes en devenir».

Des arénas mis aux normes

Par ailleurs, les amphithéâtres ne répondant pas aux nouveaux critères de sécurité de la LHJMQ pour ce qui est des bandes, des baies vitrées ainsi que pour l’éclairage auront jusqu’au 31 mai 2021 pour effectuer les travaux nécessaires. À titre d’exemple, le Centre Vidéotron est doté de ces installations.

«Les bandes seront complètement changées et on retrouvera les mêmes bandes que celles dans la LNH qui ont plus de flexibilité dans nos 18 arénas», a mentionné le grand patron de la LHJMQ, qui rencontrera les maires des différentes villes pour les sensibiliser sur l’importance de ces investissements.