Canadiens

Grosse semaine pour Nikita Scherbak

Grosse semaine pour Nikita Scherbak

Renaud Lavoie

Publié 07 novembre
Mis à jour 07 novembre

Soyons honnête, Nikita Scherbak n’a absolument rien cassé lors des trois matchs (0-0-0, -2) qu’il a disputés jusqu’à présent avec le Rocket de Laval, où il a été cédé à des fins de conditionnement. Il faut dire qu’il revient de loin d’une certaine façon alors qu’il n’avait pas joué un match en un peu plus d’un mois.

Comble de malchance, il avait même dû quitter la rencontre de samedi en raison d’un virus. Le Rocket disputera trois autres matchs cette semaine, dont un ce soir à Utica ainsi que vendredi et samedi, à Cleveland. Une situation idéale pour Sherbak, selon son entraîneur Joël Bouchard.

«On va jouer trois matchs en quatre soirs, pour un joueur qui n’a pas joué souvent, c’est bon parce que tu penses moins sur la glace et tu as rapidement la chance de te reprendre si tu fais des erreurs, a indiqué Bouchard. Lorsque tu joues un match par semaine ou un par deux semaines, tu sais que tes opportunités sont limitées. On va le laisser jouer. Reste qu’il a été averti comme tous les autres, peu importe ton nom dans le dos, ton salaire, ou d’où tu viens, il faut que tu joues de la bonne façon et que ton attitude soit bonne et jusqu’à présent son attitude a été très bonne.»

Faire des jeux

Ayant vu son dernier match au complet vendredi dernier, le problème de Nikita Scherbak est qu’il n’y a pas de rythme (pace) dans son jeu et il a eu beaucoup de difficultés à compléter ses jeux en possession de rondelle.

Ça doit changer dès cette semaine s’il ne veut pas que son séjour à Laval se prolonge. La réalité est que plusieurs joueurs blessés cognent à la porte chez les Canadiens avec Tomas Plekanec et David Schlemko qui s’approchent d’un retour. C’est sans oublier Shea Weber qui va reprendre les activités d’ici un mois probablement. Alors Scherbak doit démontrer qu’il a sa place sinon on verra son nom placé au ballottage éventuellement. Je le répète, c’est une semaine très importante pour lui.

La passion de Joël Bouchard

Il suffit d’assister à un entraînement du Rocket pour voir comment Joël Bouchard veut s’assurer de transmettre sa passion du sport à ses joueurs. Avec seulement quatre victoires en douze matchs, on pourrait croire que l’atmosphère serait mauvaise, mais c’est tout le contraire, alors que même lors des six défaites consécutives, les joueurs ont respecté le système implanté.

«Les gars sont sur la coche, a souligné l’entraîneur-chef du Rocket. Je trouve ça plate pour eux que les victoires ne viennent pas et mentalement, ça les a beaucoup touchés parce qu’ils perdaient du sommeil. Ils ne comprenaient pas pourquoi ils perdaient alors qu’ils faisaient tout comme il le faut. Mais si on avait huit victoires cette saison qu’on aurait obtenues en trichant, je ne serais pas du tout de bonne humeur. Les gars sont dédiés et veulent jouer de la bonne façon.»

Des décisions nécessaires

Vendredi, face à Utica, Brett Lernout a été laissé de côté parce que son jeu n’était pas à la hauteur. Le principal intéressé comprenait parfaitement la situation.

«Je tentais de trop en faire, a-t-il indiqué. Je gardais la rondelle constamment sur mon bâton au lieu de faire des passes rapidement. Je me devais de jouer comme je dois le faire dans la LNH.»

Dites-vous que le message, Brett Lernout l’a rapidement compris, selon Joël Bouchard.

«Il a pris ça comme un homme, a confié Bouchard. Il avait bien joué les trois premiers matchs de la saison et ça s’est mis à glisser. Je lui ai parlé à plusieurs occasions, mais à un certain moment ça prend une cassure, comme avec Hunter Shinkaruk et Alexandre Grenier plus tôt dans la saison. Il a pratiqué très fort et mon adjoint Daniel Jacob est venu me voir pour me dire qu’il avait connu tout un entraînement vendredi. Il a été extrêmement bon samedi et il avait la bonne attitude sur la glace. Hors glace il n’y a jamais eu de problèmes en passant.»

Michael McCarron sous peu

Michael McCarron n’a pas joué samedi, mais a accompagné ses coéquipiers pour le voyage. Il est blessé au haut du corps et la seule raison pour laquelle on le retire de la formation, c’est pour ne pas lui nuire. Sa confiance est haute et en n’étant pas au sommet de sa forme, ceci pourrait avoir un impact sur sa façon de jouer et c’est pourquoi il a été convenu qu’il serait mieux qu’il ne joue pas samedi dernier, mais un retour sous peu n’est pas écarté non plus.