Luc Brodeur-Jourdain

Photo : Luc Brodeur-Jourdain Crédit : Joël Lemay / Agence QMI

Alouettes de Montréal

Luc Brodeur-Jourdain veut revenir

Publié | Mis à jour

Même s’il n’a pas été utilisé de façon régulière cette saison, Luc Brodeur-Jourdain répondra à l’appel des Alouettes si ceux-ci lui font signe pendant la saison morte.

«Je vais me préparer pour une autre saison, a confirmé le centre québécois lors du bilan des joueurs des Alouettes. Si on a besoin de moi, je vais être là. Sinon, je n’y serai pas.»

«J’ai encore le goût de m’entraîner et c’est un sport que j’ai encore du plaisir à pratiquer et à vivre. C’est un luxe que la vie m’a donné. J’ai envie d’être là l’année prochaine.»

Lorsqu’on analyse la ligne offensive, les Alouettes devraient faire des choix déchirants pour faire une place à Brodeur-Jourdain. Cette saison, le Maskoutain avait souvent le rôle substitut lors des matchs alors que Kristian Matte évoluait au poste de centre.

«Le gros facteur de ma décision sera l’équipe en soit, a souligné le colosse de 35 ans. S’ils jugent qu’ils ont les ingrédients nécessaires en place, je vais accepter simplement leur décision et ce ne serait pas un divorce houleux. Il faudra aussi voir ce qu’ils feront au repêchage et à l’ouverture du marché des joueurs autonomes.»

Un autre aspect qu’il faudra surveiller, c’est la réadaptation de Tyler Johnstone et de Trey Rutherford dans les prochains mois. Le bloqueur et le garde ont subi des blessures importantes dans les premières semaines de la saison. Il est certain qu’ils auront besoin de temps pour retrouver leurs repères lors du prochain camp.

Encore compétitif

Brodeur-Jourdain a eu l’opportunité d’être partant lors des deux derniers matchs de la campagne contre Toronto et Hamilton. Coïncidence ou pas, les Alouettes ont remporté la victoire à chaque occasion.

«Il y a quelques jeux que je m’en voulais, a mentionné le Québécois. On a eu une attaque qui a été productive en première demie, mais ça s’est calmé en deuxième demie. Ç’a été un peu frustrant.»

«Est-ce que je me suis senti déclassé ou surpassé ? La réponse est non. Je suis encore compétitif. Comme c’est toujours le cas, tu gagnes et tu perds des batailles à la ligne de mêlée.»

Brodeur-Jourdain est clair: s’il poursuit sa carrière, ce sera à Montréal et nulle part ailleurs.

Des quarts travaillants

Cette saison, l’ancien du Rouge et Or de Laval a eu l’occasion de travailler avec les quarts, dont Johnny Manziel. Il a eu de bons mots à son égard.

«Il n’est pas arrivé avec ses gros sabots, car c’est Johnny Manziel. Il y a des attentes énormes à son endroit. Il a un potentiel. Au cours de la saison morte, il aura la chance d’analyser les défensives et les tendances des coordonnateurs des autres équipes. C’est de cette façon qu’il doit se préparer pour sa deuxième campagne.»

«Nous avions une jeune équipe de quarts cette année. Ils étaient travaillants si bien qu’ils faisaient une rencontre avant celle de l’offensive. Ils travaillaient bien ensemble. Ils étaient compétitifs entre eux, mais dans un sens positif.»