LNH

«Parlez à Bergevin» – Alexander Radulov

Publié | Mis à jour

Alexander Radulov a joué à la cachette toute la journée, pas sur la glace, mais avec les représentants des médias.

En matinée, l’attaquant des Stars a marché vers l’autocar de l’équipe sans daigner s’arrêter pour une petite conversation. Il s’est contenté de répondre un gros non lorsque le collègue Luc Gélinas lui a demandé s’il pouvait offrir deux minutes de son temps.

C’était pratiquement la même histoire après la rencontre. Malgré un but dans un filet désert et un gain de 4 à 1 des Stars face au CH, le Russe a rencontré les thérapeutes de l’équipe pendant que les Jason Spezza, Devin Shore et Ben Bishop répondaient aux questions des journalistes.

À son arrivée dans le petit vestiaire de l’équipe adverse, Radulov a offert une réponse assez étrange pour encore une fois refuser une entrevue.

«Parlez à Bergevin», a répliqué le numéro 47 à l’auteur de ces lignes, qui a eu besoin de l’interpeler à deux reprises par son prénom.

Énergie contagieuse

Blessé au bas du corps, Radulov a revêtu l’uniforme des Stars après quatre rencontres à l’infirmerie.

«Nous sommes une bien meilleure équipe quand il est en uniforme, a mentionné le gardien Ben Bishop. Il a la mentalité d’un pitbull, mais il a aussi un talent fou. Il voulait gagner ce match, surtout avec les huées des partisans. J’étais heureux de le voir marquer à la fin de la rencontre.»

«Alex veut gagner, il est toujours content et il se donne à 100 %, a renchéri l’entraîneur en chef, Jim Montgomery. Il a une énergie contagieuse.»

Geste de classe

En première période, le Canadien a salué le 1000e match dans la LNH de Jason Spezza. Les partisans des « Glorieux » ont bien réagi en lui offrant une ovation.

«Je ne m’y attendais pas, c’est bien de gagner le respect d’une aussi grande ville de hockey, a affirmé Spezza. Les partisans du Centre Bell connaissent leur hockey. J’étais assez émotif.»

«C’était une réaction de classe de la part des partisans du Canadien, a ajouté Montgomery. Ils ont applaudi un grand joueur, une bonne personne et un gentleman de notre sport.»