Crédit : Geoff Burke-USA TODAY Sports

MLS

MLS 360 : place aux éliminatoires... sans l’Impact

Publié | Mis à jour

Ainsi, l’Impact ne sera pas des éliminatoires de la Coupe MLS pour une deuxième année consécutive à la suite du revers de 1-0 encaissé aux mains du Revolution lors du «Jour décisif», dimanche à Foxboro.

La situation du club est cependant moins décourageante pour ses partisans qu’elle ne l’était l’an dernier. Contrairement à 2017, l’Impact a montré des signes de progrès à mesure que la saison avançait. Il a su remporter quelques belles victoires. Il a développé un fond de jeu, bien que le travail ne soit pas terminé à ce chapitre.

Cette équipe a payé pour un début de saison atroce et globalement, méritait mieux. Les ratés connus lors du recrutement estival n’ont pas aidé, même si les joueurs acquis, Bacary Sagna, Michael Azira et Quincy Amarikwa, ont contribué positivement au rendement du club.

Dimanche, le club aurait bien eu besoin d’un peu plus de punch en attaque, une réalité qui l’a affecté trop souvent en 2018 et qui explique en partie pourquoi il s’est fait fermer la porte des éliminatoires sur le nez.

L’Impact est vaincu, adieu les éliminatoires - TVA Sports

Il importera, en 2019, de faire en premier lieu un bon recrutement hivernal afin de trouver au moins un attaquant de qualité, voire un milieu de terrain offensif. Parce qu’à la plupart des autres postes, les joueurs ont fait le travail. Alejandro Silva, Samuel Piette, Saphir Taïder et Rod Fanni, pour ne nommer qu’eux, ont fait de belles saisons. Et que dire d’Ignacio Piatti! Le magicien argentin, qui semble avoir oublié de vieillir, a offert sa meilleure saison en MLS avec 16 buts et 13 passes décisives. Mieux encore : sous l’égide de Rémi Garde, «Nacho» a trouvé le moyen de raffiner son jeu.

Bref, l’Impact a simplement besoin de renforts et devra continuer de bâtir sur ce qui a été fait en 2018, qui apparaît comme une véritable année de transition.

Maintenant, place aux séries!

En voici le portrait :

D’ailleurs, TVA Sports amorcera sa couverture des éliminatoires de la Coupe MLS dès mercredi et jeudi avec la présentation des matchs de barrage.

Cela commencera mercredi avec le duel entre le New York City FC et l’Union de Philadelphie au Yankee Stadium. Ces deux mêmes équipes se sont d’ailleurs affrontées, dimanche, au même endroit, et le NYC FC l’a emporté 3-1. Était-ce un avant-goût?

Viendra ensuite le duel entre le FC Dallas et les Timbers de Portland, qui sera disputé au Texas. La pression est définitivement sur le FCD, qui a connu toute sorte d’ennuis en fin de saison après avoir mené au classement, dans l’Ouest, durant la majorité de la campagne. L’équipe peine à marquer des buts, tout simplement.

Portland, de son côté, n’a perdu que deux de ses six derniers matchs et ne sera sans doute pas particulièrement intimidé par le fait de disputer ce match de barrage à l’étranger. Avantage Timbers!

L’action se poursuivra jeudi avec la présentation du duel entre D.C. United et le Crew de Columbus.

La dernière défaite de D.C. United remonte au 29 août. Le Crew, de son côté, a connu une fin de saison difficile qui s’est néanmoins terminée dans la joie avec la victoire de 3-2 obtenue contre Minnesota United, dimanche, grâce à un triplé de l’attaquant Gyasi Zardes. Cette victoire a fait du bien, mais on voit mal United, qui évoluera devant ses partisans, échapper ce match.

Et de toute façon, qui n’aimerait pas voir la bande à Wayne Rooney faire un bout de chemin en éliminatoires?

Dans le dernier match de barrage, le Los Angeles FC recevra le Real Salt Lake au Banc of California Stadium. Le LAFC, qui a fait une très belle première saison en MLS en terminant au troisième rang dans l’Ouest et en offrant un jeu offensif, créatif et divertissant, aura sûrement l’occasion de la poursuivre un peu plus longtemps, parce que le RSL n’a pas montré grand-chose dans les dernières semaines.

Les autres équipes qualifiées pour les éliminatoires, soit Atlanta United, les Red Bulls, le Sporting et les Sounders, bénéficient d’un laissez-passer et attendront les résultats des matchs de barrage afin de connaître leur prochain adversaire.

Saison-record dans le New Jersey

Ce sont finalement les Red Bulls qui ont terminé la saison au premier rang du classement général grâce à leur victoire de 1-0 obtenue contre Orlando, dimanche dans le New Jersey.

Le seul filet du match a d’ailleurs été inscrit de bien belle façon par Derrick Etienne fils :

MLS 360: but de Derrick Etienne fils - TVA Sports

Les Red Bulls ont donc mis la main sur le «Supporter’s Shield» et leurs 71 points au classement abattent le record de 69, établi l’an dernier par le Toronto FC. C’est une saison des plus réussies, il va sans dire, et maintenant, les partisans du club auront l’œil sur cette Coupe MLS que le club n’a jamais gagnée même s’il est très compétitif, année après année. Est-ce que cette saison sera enfin la bonne?

Si les Red Bulls ont pu mettre la main sur le convoité bouclier, c’est parce qu’Atlanta, qui était en tête au classement avant les rencontres de dimanche, a échappé son match contre le Toronto FC qui, manifestement, a voulu faire son possible pour garder son record.

Il n’y a aucun doute qu’Atlanta, une très belle équipe, aurait bien aimé mettre la main sur le «Shield», ce qui aurait été un premier trophée en MLS pour le club.

L’équipe entre donc en séries sur une déception et beaucoup d’incertitudes avec le départ prochain de son entraîneur «Tata» Martino, la blessure subie par son maître à jouer Miguel Almiron, et la possibilité de voir certains piliers de l’équipe partir sous d’autres cieux durant la saison morte. Cette incarnation du club, qui fait vibrer ses partisans depuis le début de la saison 2017, en est donc vraisemblablement à ses dernières semaines. 

Il y a l’occasion, dans ces éliminatoires, de frapper un dernier grand coup et de terminer sur un coup d’éclat. Mais est-ce qu’Atlanta parviendra à se sublimer et remporter cette Coupe MLS que le talent de l’effectif mérite? L’équipe n’a pas joué avec le même aplomb qu’à l’habitude dans les dernières semaines de la saison.

À noter : l’attaquant Josef Martinez, qui a beaucoup ralenti après avoir tout cassé jusqu’en août pour battre le record de buts en une saison en MLS, a touché la cible, dimanche, pour porter son total à 31 filets en 2018. C’est, officiellement, la nouvelle marque à battre.

Sur une lancée

Dans l’Ouest, le Sporting et les Sounders ont profité de remarquables fins de saison pour enlever, respectivement, la première et la deuxième place au classement.

Pour Kansas City, c’est seulement deux défaites en 13 parties. L’équipe a d’ailleurs fini en beauté, dimanche, en l’emportant 2-1 contre le LAFC, notamment grâce à ce coup de canon du milieu de terrain hondurien Roger Espinoza :

MLS 360: but de Roger Espinoza - TVA Sports

Pour les Sounders, l’une des deux équipes à avoir battu le Sporting depuis août, ce fut une deuxième moitié de saison extraordinaire. Ce tweet de notre collègue Patrice Bernier dit tout :

Seattle aura notamment réussi, durant l’été, ce que l’Impact n’a pas pu faire : embaucher un attaquant de haut calibre qui a ensuite fait la différence. Le Péruvien Raul Ruidiaz, qui évoluait précédemment au Mexique, a trouvé rapidement son rythme en MLS, inscrivant 10 buts en 14 matchs. Si Rooney aura été l’acquisition la plus marquante de l’été, Ruidiaz arrive bon deuxième à ce chapitre.

Il a encore marqué deux fois, dimanche, dans la victoire des Sounders contre les Earthquakes.

Catastrophe à Los Angeles

La plus grosse surprise du jour, dimanche, a eu lieu au StubHub Center, où le Galaxy recevait le Dynamo. Les hôtes n’avaient pas le choix de gagner pour entrer en séries et avaient devant eux un adversaire très prenable.

Ils ont même pris les devants 2-0... puis Houston a marqué trois fois pour l’emporter 3-2.

L’ailier du Dynamo Romell Quioto a d’ailleurs lancé la remontée en déculottant le pauvre Rolf Feltscher peu avant l’heure de jeu :

MLS 360: but de Romell Quioto - TVA Sports

C’est une fin de saison en queue de poisson pour le Galaxy, qui a connu sa part de hauts et de bas en 2018. Il est quand même fort triste de voir que les généreux efforts de Zlatan Ibrahimovic (22 buts) n’ont pas été récompensés par une présence en éliminatoires. Il aurait d’ailleurs été très intéressant de le voir évoluer dans ce contexte.

Le club californien, cinq fois vainqueur de la Coupe MLS, aura plusieurs dossiers importants à gérer cet hiver. Il faudra d’abord rénover la défense, qui a trop souvent laissé tomber le club. Est-ce que Zlatan sera de retour? Est-ce que Dominic Kinnear, entraîneur par intérim après le départ de Sigi Schmid en cours de saison, sera confirmé à ce poste en 2019? L’équipe sera sans doute tentée de repartir à neuf à ce chapitre...

En bref

Le jeune prodige canadien Alphonso Davies disputait son dernier match avec les Whitecaps, dimanche, avant de partir poursuivre sa prometteuse carrière en Allemagne avec le prestigieux Bayern Munich.

Le garçon de 17 ans s’est montré à la hauteur de l’occasion en marquant deux fois, semant l’hystérie au BC Place :

MLS 360: doublé d'Alphonso Davies - TVA Sports

Il sera fascinant, pour les amateurs de soccer canadiens, de suivre la progression de ce jeune homme dans les prochaines années. Il est explosif, il est puissant, il est techniquement à point et son flair offensif commence à peine à s’affiner. Le Bayern a véritablement un joyau entre les mains.

Les Rapids ont mis fin à une saison misérable en remportant une belle victoire de 2-1 devant leurs partisans, dimanche, contre Dallas.

Dans la victoire, le jeune Cole Bassett, 17 ans, produit de l’académie du club et natif de la région, a marqué son premier but en MLS. Voilà qui augure bien pour l’avenir après une année à oublier.

MLS 360: but de Cole Bassett - TVA Sports

Finalement, c’est en 2019 que Chris Wondolowski égalera et battra le record de buts en saison régulière dans l’histoire de la MLS. «Wondo» n’a pas réussi à toucher la cible contre les Sounders et reste donc à 144 buts, un de moins que Landon Donovan, détenteur du record.  

Il sera de retour avec les Earthquakes la saison prochaine et à moins d’avoir perdu tous ses moyens, il devrait passer à l’histoire dès le printemps.