Impact

Un début de saison fatal

Publié | Mis à jour

Vaincu par le Revolution dimanche, l’Impact ratera les éliminatoires de la Coupe MLS pour une deuxième année de suite, et s’il faut trouver une raison à cet échec, il faut regarder le début de saison de l’équipe.

L’Impact a connu toute sorte d’ennuis et échappé plusieurs matchs à sa portée, au printemps, avant de trouver son rythme en juin. Les joueurs de l’équipe apparaissaient convaincus, dimanche, qu’avec un meilleur début de saison, l’équipe se serait qualifiée pour les éliminatoires.

«Si aujourd'hui on n'est pas en "playoffs", c'est parce qu'on a loupé notre début de saison, a résumé le milieu de terrain Saphir Taïder. L'équipe était nouvelle, on ne se connaissait pas, le staff était nouveau.»

«Mais après les 10 premiers matchs, on a fait un parcours de bonne équipe, on a montré de bonnes choses (...) on est malgré tout contents de notre saison même si on n'est pas qualifiés», a ajouté l’international algérien.

«Il faut prendre l'expérience et continuer», a pour sa part philosophé l’arrière latéral Daniel Lovitz.

«On s'est battus jusqu'au dernier jour et on eut avoir la tête haute, mais on espère qu'on n'aura plus à se sortir d'un tel trou dans le futur», a indiqué l’Américain, qui croit que l’Impact version 2018 était une équipe compétitive qui aurait mérité d’être des éliminatoires.

Evan Bush, lui, était un brin amer.

«On a trouvé une certaine constance en fin de saison, mais malheureusement on a manqué de temps», a déploré le gardien.

Voyez les réactions dans la vidéo ci-dessus.