MLB

Les Red Sox sont champions du monde!

Publié | Mis à jour

Un David Price en pleine possession de ses moyens et quatre longues balles ont permis aux Red Sox de Boston de l’emporter au compte de 5-1 et de mettre la main sur les grands honneurs de la Série mondiale, lors du cinquième affrontement contre les Dodgers, dimanche soir, à Los Angeles.

Les Bostoniens ont ainsi remporté un neuvième titre en 117 ans d’histoire et un premier depuis 2013. Pour les Dodgers, il s’agit d’un deuxième échec consécutif dans la série finale du baseball majeur. Ils avaient également perdu en 2017 contre les Astros de Houston.

Price dominant

Œuvrant pour un deuxième match comme partant dans cette Série mondiale, Price a de nouveau obtenu une victoire en étant époustouflant sur la butte. L’artilleur de 33 ans a passé sept manches au monticule, permettant un point sur trois coups sûrs et deux buts sur balles. Il a aussi passé cinq frappeurs dans la mitaine. C’est David Freese qui a été l’unique joueur des Dodgers à le faire mal paraître, quand il a expulsé l’un de ses tirs dans les gradins en première manche.

Le lanceur gagnant a tenu à souligner l’éthique de travail, qui a permis aux siens de triompher.

«Nous avons fait les choses de la bonne façon pendant l’ensemble de la saison, nous sommes restés unis, a indiqué Price après la rencontre. Même quand nous avions des moments plus difficiles, personne n’a paniqué et nous avons travaillé tous les jours. C’est vraiment spécial».

Price a été remplacé au monticule par Joe Kelly en huitième. Ce dernier a retiré les trois frappeurs qui lui ont fait face sur des prises. Chris Sale a ensuite fermé les livres dans la manche ultime, passant coup sur coup Justin Turner, Enrique Hernandez et Manny Machado dans la mitaine.

La balle voyage pour les champions

C’est Steve Pearce qui a ouvert la marque pour les vainqueurs en première manche. Le joueur de premier but a expulsé une offrande de Clayton Kershaw à l’extérieur des limites du terrain, alors qu’Andrew Benintendi était sur les sentiers.

Cinq manches plus tard, Mookie Betts a frappé un circuit en solitaire. Il s’agissait de sa première longue balle des séries éliminatoires, lui qui en avait cogné 32 en saison régulière. J.D. Martinez a ensuite imité son coéquipier lors du septième engagement.

Venu en relève à Kershaw en huitième, Pedro Baez a également goûté à la médecine de Pearce, qui a frappé un deuxième coup de circuit dans cette rencontre.

Les performances du vétéran de 35 ans ont d’ailleurs été récompensées, lui qui a été nommé joueur par excellence de la Série mondiale.

En vertu de ce gain, le gérant des Red Sox, Alex Cora, est devenu le cinquième gérant de première année de l’histoire du baseball majeur à remporter la Série mondiale. Le Portoricain de 43 ans avait été engagé une semaine après la conquête de la Série mondiale par les Astros, avec lesquels Cora était entraîneur sur le banc. Il s’agissait d’un retour avec les «Sox» pour Cora, qui a joué avec la formation bostonienne de 2005 à 2008, remportant au passage la Série mondiale en 2007.