Impact

Impact: n’avoir aucun regret

Publié | Mis à jour

L’Impact joue sa saison en recevant le Toronto FC au Stade Saputo, dimanche après-midi. Le Bleu-blanc-noir n’a pas droit à l’erreur et se doit de l’emporter pour conserver des chances mathématiques de se tailler une place en séries.

Mais même si Rémi Garde et ses hommes font le travail contre les Rouges, les trois points de la victoire ne suffiront peut-être pas.

L’avenir de l’Impact va se jouer à 1002 et 2331 kilomètres du Stade Saputo, là où le D.C. United recevra le New York City FC, et là où le Crew de Columbus visitera l’Orlando City SC.

S’il remporte ses deux derniers matchs, l’Impact pourra accumuler un total de 49 points. Si D.C. et Columbus l’emportent aussi dimanche, ils auront respectivement 50 et 51 points.

Il va sans dire qu’une défaite contre le TFC dimanche après-midi scellera aussi le sort des Montréalais, alors qu’un verdict nul pourrait techniquement les garder en vie, pour autant que D.C. s’incline contre NYCFC.

Victoire obligatoire

Rémi Garde aime que les choses soient claires et il est servi avec le scénario actuel. Il n’y a aucune place pour les nuances.

«La situation peut être vue de manière très claire. On a six points à prendre, et il n’y a pas d’autre discussion.»

«Les trois points contre Toronto sont obligatoires parce qu’il ne faudrait pas avoir un demi-soupçon de regret à l’issue de cette journée par rapport à ce que les autres peuvent faire.»

Garde a par ailleurs mentionné qu’il préférait que personne ne lui communique les résultats des deux autres matchs qui seront disputés en même temps.

«En première mi-temps, je ne veux pas avoir le score des autres matchs. Il ne faut pas tout mélanger. C’est le meilleur moyen de se prendre les pieds dans le tapis.»

Tendus

La situation est particulière parce qu’on parle davantage du match entre D.C. United et New York City FC que de celui entre l’Impact et le Toronto FC.

D’ailleurs, les Torontois ont été les visiteurs à l’Audi Field de Washington, mercredi, et ont peut-être semé un petit doute.

C’est en tout cas ce qu’espère le gardien Evan Bush, qui souhaite autant une performance de sa formation qu’une déconvenue de la part de D.C.

«D.C. n’a pas un chemin facile, assure le gardien. NYCFC est une équipe difficile à affronter et qui est très reposée, alors que D.C. a joué beaucoup de matchs d’affilée.»

«D.C. sera peut-être un peu nerveux. Mercredi dernier, [Wayne] Rooney a mentionné qu’ils auraient dû jouer avec plus de confiance en deuxième demie, et il a lui aussi trouvé qu’ils étaient tendus. »

Meilleure situation

Toute la semaine, il a été question de la situation de l’équipe, du fait qu’elle ne contrôle plus son propre destin. Les défaites à Toronto, en août, et à Washington, le mois dernier, ont été largement débattues.

«Bien sûr que la situation aurait pu être meilleure, mais j’ai envie de voir le verre à moitié plein», a insisté Rémi Garde

«Les raisons se trouvent plus dans notre démarrage que dans les matchs à Toronto et D.C., même si ce sont des matchs où on n’a pas joué comme on aurait aimé, et ce n’était que 45 minutes sur les deux matchs et on a payé très cher.»

Ainsi, le Bleu-blanc-noir s’en remet au D.C. United, qui n’a pas l’intention de céder un centimètre.

«Il faut accepter que D.C. gagne ses matchs. Ils ont fait comme nous une première partie de saison très difficile, mais ils sont dans une bonne série avec un bon momentum», a reconnu Garde avec calme.

Le rival qui motive les troupes

Il fera froid cet après-midi, mais la visite du Toronto FC au Stade Saputo devrait suffire à réchauffer l’atmosphère, d’autant plus que l’enjeu de la rencontre est énorme et qu’il pourrait s’agir du dernier match de la saison à domicile.

«C’est peut-être le dernier match à la maison et les supporters sont toujours derrière nous et nous aident à gagner des matchs», a noté Ignacio Piatti, qui veut l’emporter pour les partisans.

Evan Bush croit pour sa part que c’est un adversaire parfait pour un match d’une aussi grande importance.

«C’est sans doute une bonne chose qu’on affronte Toronto. Peu importe notre situation, c’est toujours le genre de match qu’on aime jouer.»

«La principale motivation des joueurs doit être de gagner ce match, et comme c’est Toronto en face, il y aura ce soupçon de motivation en plus», a ajouté Rémi Garde.

Souvenirs

Il y a un vieux souvenir de 2015 qui s’invite dans le portrait puisque, cette année-là, l’Impact, qui était déjà éliminé, avait privé le Toronto FC d’une participation en séries.

On peut affirmer sans avoir peur de se tromper que les Rouges voudront remettre la monnaie de sa pièce à l’Impact.

«Ils comprennent cette rivalité, ils ont des joueurs qui sont là depuis longtemps alors que nous avons eu plus de mouvement dans l’effectif», a convenu Bush.

«Je crois qu’ils vont tout nous balancer ce qu’ils ont parce que c’est une question de fierté. Ça demeure une rivalité.»

Le TFC devra tout de même le faire sans deux gros morceaux, puisque Jozy Altidore (cheville) et Victor Vazquez (genou) ne rejoueront pas cette saison.

Chacun ses problèmes

Rémi Garde n’est pas trop ému par la situation du TFC, qui est éliminé depuis quelques semaines déjà.

«Chacun a ses problèmes et ses objectifs, a commencé par dire l’entraîneur-chef de l’Impact. Pour eux, c’est toujours un peu spécial et ils vont trouver de la motivation quelque part.»

«On est dans une meilleure position qu’eux, on a encore l’espoir d’accrocher quelque chose. J’ose espérer que si une équipe a le plus de motivation, c’est la mienne.»