Impact

L’œil sur le match D.C. United-Toronto FC

Publié | Mis à jour

Les joueurs de l’Impact et leurs partisans garderont sans aucun doute un œil sur le match qui opposera D.C. United au Toronto FC, ce soir.

Parce que le résultat de cet affrontement sera crucial dans la course aux éliminatoires dans l’Est, dont l’Impact est toujours un concurrent. Le club montréalais ne se trouve qu’à un point de D.C., qui détient la dernière place donnant accès aux séries.

Il va sans dire qu’une victoire de Toronto, ce soir, plairait à l’Impact. Ce qui est assez étrange, considérant qu’il s’agit du plus grand rival du club.

«Je vais suivre ça et on va essayer de jeter de mauvaises ondes, a lancé le défenseur de l’Impact Rod Fanni, mercredi. Ce sera la première fois que ça nous arrangerait qu'ils (Toronto) gagnent! »

Le vétéran a plus ou moins goûté cette la pause internationale qui prendra fin vendredi.

«C'est une pause qui est un peu crispante surtout qu'on regarde aussi attentivement les résultats de Washington, a-t-il admis. On se prépare de la meilleure des façons parce qu'on n'a plus que ça à faire.» Fanni, arrivé en mars à Montréal pour boucher un trou béant en défense centrale, a été d’un grand secours à l’équipe, dont il a aimé la progression à mesure que la saison a avancé après un début très difficile.

«On a quand même beaucoup de regrets parce qu'on voit que ça tient à très peu de points, a-t-il évoqué en faisant référence à la course aux séries. Il y a beaucoup de frustration, on va dire, mais l'évolution, on voit qu'elle est grande. Je suis un compétiteur et j'espérais plus encore, mais c'est pas mal du tout, ce qu'on a fait.»

Pas un sport de fumeurs de joints

La légalisation du cannabis au Canada, qui entrait en vigueur ce mercredi, a fait jaser un peu partout au pays et le monde du sport n’y a pas échappé.

Fanni a indiqué que ça ne cause pas tellement de remous dans le vestiaire de l’Impact, ni dans le soccer en général.

«On n'en parle pas et je ne connais pas de joueurs qui en consomment, a-t-il affirmé. Depuis que je joue au foot, je n'ai pas connu de consommateurs de cannabis et je pense que c'est mieux comme ça parce que pour être performant, il y a mieux!»