Zlatan Ibrahimovic et Rolf Feltscher

Photo : Zlatan Ibrahimovic et Rolf Feltscher Crédit : Kirby Lee-USA TODAY Sports

Impact

5 histoires qui rendent la fin de saison excitante

5 histoires qui rendent la fin de saison excitante

Vincent Destouches

Publié 09 octobre
Mis à jour 09 octobre

Face au Crew de Columbus, l’Impact de Montréal a retrouvé le chemin du succès, entretenant l’espoir dans la lutte pour la sixième place dans l’Association de l’Est. Au classement, rien n’a pourtant changé... Mais l’Impact est encore en vie, et c’est bien là l’essentiel.

Dans cette saison, IMFC a eu plus de vies qu’un chat – mais pas autant que José Mourinho. Laissé pour mort après un début de saison cauchemardesque, enterré après sa déconfiture à Washington, le Bleu-Blanc-Noir a trouvé les ressources pour donner la seule réponse qui vaille à la défaite: la victoire.

Son sort devrait rester en suspens jusqu’au 28 octobre. Il en va de même pour beaucoup d’autres équipes. Il reste 30 matchs à disputer à cette campagne 2018 de la MLS, et presque autant d’intrigues. Faisons un bref survol des histoires qui vont rythmer cette fin de saison.

Toronto peut jouer les trouble-fêtes

Le champion est K.-O.! Pour la 4e fois seulement de l’histoire, le tenant de la Coupe MLS ratera les séries éliminatoires. À n’en point douter, l’entre-saison sera agité à Toronto – Jozy Altidore a déjà laissé entendre que son futur pourrait s’écrire ailleurs. Mais avant cela, les hommes de Greg Vanney vont tenter de finir sur une bonne note. Et c’est peu dire qu’ils auront l’occasion de jouer les trouble-fêtes...

Véritable arbitre de cette fin de calendrier, le TFC affrontera successivement DC United et l’Impact. Certains voient déjà Toronto comploter pour exclure Montréal des séries, en laissant DC l’emporter. À ce niveau-là de compétition, cette idée me paraît absurde. À mes yeux, les champions vont plutôt tout faire pour ruiner eux-mêmes les espoirs de l’Impact, le 21 octobre, au Stade Saputo. Avant d’empêcher Atlanta, la semaine suivante, de terminer premier et de battre le record de points établi l’an dernier?

Atlanta: aussi fort sans Almiron?

Parlant de cette course pour le Supporters’ Shield, une énorme tuile est tombée sur la tête d’Atlanta. À la demi-heure de jeu face au Revolution de la Nouvelle-Angleterre, un Miguel Almiron aussi ému que contrarié a dû céder sa place. Verdict: une blessure aux ischios qui, selon les propres mots de Tata Martino, devrait tenir le Paraguayen à l’écart des deux derniers matchs de son club en saison régulière.

Il s’agit évidemment d’un coup dur pour Atlanta, actuellement en quête du premier trophée de son histoire en MLS. Les «Five Stripes» ne disposent que d’un tout petit point d’avance sur les Red Bulls de New York, au sommet de l’Est. Bien sûr, l’équipe dispose en Ezequiel Barco d’un remplaçant de tout premier ordre. Mais l’Argentin de 19 ans n’a pas encore prouvé qu’il avait la carrure pour palier l’absence d’Almiron – qui devrait, selon toute vraisemblance, rejoindre Arsenal cet hiver.

Zlatan MVP?

Après avoir fait parler la poudre durant tout l’été, Josef Martinez a quelque peu perdu sa verve offensive. Muet lors de cinq de ses six derniers matchs, le Vénézuélien voit son compteur bloqué à 30 buts – ce qui, rappelons-le, est d’ores et déjà le plus haut total de l’histoire de la MLS.

Or, s’il y a bien une personne à qui il ne faut pas laisser le devant de la scène, c’est bien Zlatan Ibrahimovic. Le Suédois, auteur de six buts en six matchs, se régale en ce moment, portant quasiment à lui tout seul les espoirs du Galaxy de Los Angeles d’arracher une place en séries. Il n’en fallait pas plus pour pousser le vice-président marketing de l’équipe, Brendan Hannan, à lancer une campagne pour couronner «Ibra» joueur par excellence en MLS. Il est vrai qu’avec un total de 21 buts et 9 passes décisives en 25 matchs, il réalise une superbe première saison. Mais je ne vois pas dans quel univers ce titre échapperait à Martinez.

Des courses à tous les étages

Tendez bien l’oreille. Vous entendez ce bruit? C’est celui du commissaire Don Garber se frottant les mains. Et il a raison de le faire! Le mois d’octobre s’annonce passionnant en MLS, tant l’incertitude règne à tous les niveaux.

Dans l’Ouest aussi, il y a une course effrénée pour le premier rang comme pour la sixième et dernière place qualificative. Dallas s’est offert un coussin d’avance de quatre points en tête, mais Kansas City et LAFC restent en embuscade. Derrière, Portland et Seattle semblent assurés de participer aux séries... et pourraient se rencontrer en barrage! Cela ne laisse a priori qu’un billet disponible, que convoitent Salt Lake, le Galaxy et Vancouver.

Dans l’Est, notons également que Philadelphie continue son ascension et vise maintenant la troisième marche du podium, actuellement occupée par New York City. Columbus s’est compliqué les choses en perdant à Montréal, mais n’a besoin que d’une victoire face à Orlando ou Minnesota pour valider son billet.

Wondolowski et le record absolu

Les Earthquakes de San Jose ont beau être les cancres de cette saison 2018, ils ont trouvé le moyen de mettre du positif dans leur fin de saison. D’abord, en s’offrant un nouvel entraîneur-chef de prestige en la personne de l’ancien international argentin Matias Almeyda.

Mais, en attendant peut-être des jours plus heureux sous la gouverne de l’ex-coach de River Plate et de Chivas Guadalajara, c’est le «Wondo Watch» qui excite légitimement les partisans des Quakes. Face aux Red Bulls, Chris Wondolowski a inscrit le 144e but de sa carrière en saison régulière, ce qui le laisse à une toute petite unité derrière le détenteur du record, Landon Donovan. Il reste deux matchs à l’Américain de 35 ans pour s’emparer de la couronne dès cette saison.

Crédit photo : Kyle Terada-USA TODAY Sports