Impact

Impact : Il n’y a pas eu de regrets

Publié | Mis à jour

L’Impact a fait un énorme faux pas à Washington la semaine dernière et tous les joueurs le savaient. Ils se sont assurés de ne pas revivre la même situation.

«Peu importe ce qui arrive, on veut toujours finir un match sans avoir de regrets et je crois qu’il y avait beaucoup de joueurs qui avaient des regrets la semaine dernière», a souligné Evan Bush.

«On s’est parlé avant le match et on a souligné l’importance de ne jamais abandonner.»

Évidemment, Bush a fait sa large part dans cette rencontre avec neuf arrêts.

«Evan nous a sauvés en début de match. C’est un leader avant d’être un gardien de but», a soutenu Saphir Taïder.

Moment charnière

Bush n’a pas tardé à se mettre en évidence en réalisant un arrêt contre Harrison Afful qui a donné le ton dans le premier quart d’heure. «Nous sommes revenus de l’arrière récemment, mais après une mauvaise défaite, si on s’était retrouvé derrière au pointage, ça aurait été désastreux», a admis le gardien.

Mais Bush n’a pas été le seul à se distinguer. Malgré une blessure à la cuisse dont on ne connaît pas l’importance, Ignacio Piatti s’est comporté en véritable leader en donnant l’exemple.

«Nacho [Piatti] n’est pas un leader qui parle beaucoup, il l’est dans ses actions. Ça n’a pas paru qu’il était gêné par une petite blessure», a avancé Samuel Piette.

«Quand notre meilleur joueur se comporte comme ça, ça donne juste envie de le suivre.»

Regard sur D.C.

L’Impact ne jouera son prochain match que dans deux semaines en raison de la pause internationale. Au cours de cette période, le D.C. United disputera les trois matchs qu’il a en main sur le Bleu-blanc-noir.

«On doit gagner les deux prochains matchs et espérer qu’ils fassent un faux pas», a mentionné Taïder.

N’empêche qu’en l’emportant samedi, l’Impact a remis un peu de pression sur les épaules de l’équipe de la capitale américaine.

«On leur a mis de la pression avec cette victoire convaincante, a insisté Piette. C’est à eux de montrer s’ils sont prêts à nous chasser jusqu’au bout.»

«Quand on va revenir dans deux semaines, on n’aura peut-être plus notre place en séries selon les résultats de D.C.», a cependant prévenu Bush.