SPO-ALOUETTES-PRATIQUE-FOOTBALL

Crédit : Joël Lemay / Agence QMI

Alouettes

Alouettes: Tenir le coup face à une machine

Publié | Mis à jour

Les Alouettes de Montréal ont montré meilleure mine en bataillant plus fermement face aux Roughriders de la Saskatchewan la semaine dernière malgré la défaite. Ils devront toutefois faire beaucoup mieux face à la puissance de la Ligue canadienne de football (LCF), les Stampeders de Calgary, lundi après-midi.

En fait, ils devront espérer frôler la perfection afin de venir à bout de la bande de Dave Dickenson qui présente une fiche de 11-2.

Deuxième puissance offensive de la ligue en vertu de ses 418 points, l’unité défensive des Moineaux en aura plein ses bottes en essayant de limiter le talentueux quart arrière Bo Levi Mitchell. Les chevaux sauvages de l’Ouest carburent aux verges par la passe sur le terrain alors que Mitchell domine ses pairs avec ses 29 passes de touché complétées.

Et par la course, Michell compte sur le dynamique demi offensif Don Jackson qui a accumulé 657 verges depuis le début de la campagne, ce qui le place au sixième rang du circuit. Il franchit en moyenne 6,3 verges par portée.

Production à souhaiter

À leurs six dernières sorties, les Stampeders ont marqué en moyenne 35 points par rencontre, présentant une fiche de quatre gains et deux revers. Une mauvaise nouvelle pour les Alouettes qui n’ont jamais pu mettre 30 points au tableau cette saison. Les 29 de la semaine dernière représentent un sommet...

«Tant et aussi longtemps que l’attaque ne produira pas 25 à 30 points de façon constante, ce sera extrêmement difficile de gagner des matchs, a fait savoir Luc Brodeur-Jourdain, venu en renfort au centre de la ligne offensive durant le match face aux Riders.

«Ça met de la pression sur les unités spéciales qui doivent nous positionner sur le terrain et même marquer des points en plus de pousser la défensive à être parfaite, ce qui est pratiquement impossible», a ensuite expliqué le vétéran qui souhaiterait aligner les victoires.

Le quart des Moineaux, Johnny Manziel, essaie de se tirer tant bien que mal d’embarras alors qu’il doit souvent improviser derrière une ligne d’attaque qui peine à résister à la pression comme en font foi les 22 sacs lors des quatre derniers matchs.

Face à la meilleure ligne défensive de la LCF, les Als auront du pain sur la planche à leur avant-dernière sortie devant leurs partisans au Stade Percival-Molson. Un endroit où les Stampeders n’ont pas gagné depuis le 12 juillet 2013!