Impact

Impact : plus le droit à l’erreur

Publié | Mis à jour

L’Impact n’a plus droit à l’erreur. Après le cinglant revers de 5 à 0 subi contre le D.C. United il y a une semaine, l’équipe de Rémi Garde doit revenir à la charge contre le Crew de Columbus cet après-midi au stade Saputo.

Voyez le reportage de Nicolas A. Martineau ci-dessus.

Si la saison se joue possiblement sur ce match, il faudra bien plus que trois points contre le Crew pour s’assurer d’un billet pour le premier tour des séries.

Rappelons les faits. En perdant contre D.C. la semaine dernière, l’Impact a vu son avance en sixième place de l’Est fondre de cinq à deux points.

Là où ça se corse, c’est que l’Impact n’a plus que trois matchs à jouer, incluant celui de samedi, alors que la formation de Washington a encore cinq rencontres à disputer, dont quatre à domicile.

Et comme si la tension n’était pas déjà à son comble, on entretient des doutes quant à la présence d’Ignacio Piatti, blessé à une cuisse. L’Argentin a 13 buts et 13 passes en 29 matchs cette saison.

Nacho s’est absenté deux fois cette saison et l’Impact a encaissé un revers chaque fois, s’inclinant 2 à 0 à Dallas et 4 à 0 en Nouvelle-Angleterre.

Dernière chance

Si on parlait du match le plus important de la saison la semaine dernière, on pourrait dire que celui de samedi est le match de la dernière chance.

En effet, si l’Impact laisse glisser la victoire et que D.C. bat Chicago dimanche, l’Impact passera alors en septième position, place qu’il risquerait alors de ne plus quitter.

«Rémi [Garde] a mis cartes sur table en disant que c’est une finale et que si on ne gagne pas, c’est presque fini pour nous, mais on le savait déjà», a souligné Samuel Piette.

Le Crew, quatrième dans l’Est avec 48 points, semble être bien loin devant l’Impact, qui en a huit de moins, mais peu de choses séparent en fait les deux équipes.

«Ils sont devant nous, donc ils sont meilleurs. Ce n’est pas à discuter», a commencé Rémi Garde.

«Ils ont gagné simplement un match de plus que nous, mais ils en ont perdu six de moins. La différence est là.»

Et c’est exact, le Crew présente une fiche de 13-9-9, alors que celle de l’Impact est de 12-15-4. Ce sont donc les matchs nuls qui font toute la différence.

Si la défaite contre D.C. a été dure à avaler, Piette assure qu’elle est maintenant digérée.

«Dans le vestiaire, ça se passe bien. C’est sûr que le retour lors du premier jour a été difficile, mais on a essayé de maintenir une énergie positive.»

«On n’est pas morts, on a un coup à jouer et on a encore trois matchs à jouer, et ça commence par Columbus.»

Selon le milieu de terrain québécois, même si les chiffres ne sont plus nécessairement en faveur de son équipe, rien n’est encore joué.

«On ne veut pas baisser les bras, s’apitoyer sur notre sort et se dire que toute la saison s’est jouée sur le match de D.C., d’expliquer Piette.»

«Si on ne fait pas les séries, je ne pense pas que ça sera à cause du 5 à 0, mais plutôt en raison du début de saison.»

Meilleur niveau

Pendant que le statut de Piatti est incertain puisqu’il ne s’est pas entraîné avec l’équipe cette semaine, il y a fort à parier qu’on reverra Jukka Raitala en défense centrale.

Le Finlandais avait disputé un solide match contre les Red Bulls de New York avant de céder sa place à Rudy Camacho lors des deux rencontres suivantes.

«Il faut surtout qu’on retrouve notre meilleur niveau, a insisté Rémi Garde. Les joueurs doivent individuellement jouer à leur meilleur niveau.»

«On a vu ce que ça pouvait donner contre les deux équipes de New York quand on est à notre meilleur niveau, que le public est derrière nous, qu’il y a des ondes positives dans le stade. C’est un endroit où on a des repères et où les joueurs se sentent bien.»

Le match que l'Impact ne peut se permettre de perdre - TVA Sports