Club de foot Montréal

Une équipe humble, concentrée et enthousiaste

Dave Lévesque / Le Journal de Montréal

Publié | Mis à jour

C’était jour de photo pour l'Impact de Montréal, jeudi matin au Stade Saputo, le moment était donc bien choisi pour faire une radiographie de l’âme de l’équipe au moment où le sprint final est entamé.

Appelés à décrire l’équipe en un mot, Quincy Amarikwa, Bacary Sagna et Rémi Garde ont tous longuement hésité avant de répondre, et leurs trois réponses se sont drôlement bien complétées.

«Concentrée», a répondu Amarikwa. «Humble», a lancé Sagna. Garde a d’abord parlé d’une équipe en «recherche de connaissances» en début de saison, et la perçoit désormais comme «enthousiaste».

La progression dans l’état d’âme de cette équipe a donc été très importante depuis les débuts chancelants, qui ont fini par laisser place à une certaine stabilité.

Pas trop

On sent cependant que Garde ne veut pas que ses joueurs commencent à se trouver trop beaux collectivement. Il tient à une certaine réserve.

«On a gagné des matchs importants, il ne faut pas oublier ce qu’on a fait, mais il faut savoir comment on l’a fait et pourquoi on a réussi à le faire», a-t-il mis en garde.

Il ne veut pas qu’on lance trop de fleurs à l’équipe, même si celle-ci vient d’enchaîner deux très bonnes performances.

«Le football est cruel parce que quand on souffre, on reçoit des critiques, ce qui est normal. En ce moment, on reçoit beaucoup de louanges, un peu trop. Oui, l’équipe a progressé, mais on est dans une ligne droite où on n’a pas besoin de s’arrêter sur des louanges qui pourraient devenir inutiles en cas de mauvais résultat de notre part.»

Du bruit

Quincy Amarikwa est intéressant en entrevue. Il prend son temps pour répondre, il réfléchit, il prend des pauses et parle parfois lentement. Il peut même parfois donner l’impression de réciter des formules issues de livres de croissance personnelle tellement ses formules sont réfléchies.

Ainsi, pas question pour lui de s’apitoyer parce que les Sounders de Seattle ont perdu 1-0 contre Philadelphie à domicile mercredi soir, ce qui permet à l’Union de reprendre une priorité de quatre points sur l’Impact.

«On doit se focaliser sur nous-mêmes et tout le reste n’est que du bruit. Les équipes qui le comprennent en ce moment sont celles qui prennent forme pour faire des choses que d’autres équipes ne se croient pas capables de faire.

«La différence entre le succès et l’échec est ta capacité de te concentrer sur ce qui compte et ceux qui n’ont pas de succès ne peuvent peut-être pas le comprendre parce qu’ils se concentrent sur le bruit.»

Équipe changée

Histoire de boucler la boucle, revenons à la photo d’équipe. Rémi Garde a fait remarquer que le portrait avait drôlement changé depuis un an.

«J’ai la photo de l’équipe de l’an dernier dans mon bureau depuis que je suis arrivé. C’est comme ça que j’ai mis un nom sur des visages ou l’inverse.

«Et avant même que j’arrive, il y avait dix joueurs de la photo de l’année dernière qui n’étaient plus là quand je suis arrivé. C’est vous dire l’évolution que j’ai dû gérer malgré moi.»

Il n’y a donc pas que l’attitude qui a changé, mais les visages aussi.