SPO - ENTRAINEMENT DE FOOTBALL DES CARFABINS DE L'UdeM

Crédit : MARTIN ALARIE / JOURNAL DE MONTREAL / AGENCE QMI

Football universitaire RSEQ

Louis-Mathieu Normandin rêve aux Alouettes

Publié | Mis à jour

Le receveur de passes des Carabins de l’Université de Montréal Louis-Mathieu Normandin se souvient de l’époque où il accompagnait régulièrement son père Pierre aux matchs des Alouettes de Montréal.

La famille détenait alors des billets de saison au Stade Percival-Molson et le petit Louis-Mathieu se plaisait à encourager le quart-arrière Anthony Calvillo et ses coéquipiers.

«Mon préféré, c’était Ben Cahoon», se rappelle celui qui, à 23 ans, compte parmi les meilleurs receveurs du football universitaire québécois.

Louis-Mathieu n’était qu’un enfant lors de la conquête de la Coupe Grey en 2002, mais il se souvient très bien des championnats de 2009 et 2010.

Admissible au repêchage

Au cours de la prochaine année, Normandin sera lui-même admissible au repêchage de la Ligue canadienne de football. Il aimerait évidemment être sélectionné par les Alouettes.

«Ce serait vraiment spécial pour mon père et moi si j’étais repêché dans la Ligue canadienne de football, surtout si c’était par les Alouettes, de reconnaître le jeune homme. Ce serait un beau moment. J’ai beaucoup de respect pour cette ligue-là. Les joueurs ne gagnent pas tant d’argent, mais ils jouent parce qu’ils aiment le football. C’est beau à voir!»

Il ne fait aucun doute pour Normandin qu’il a le potentiel d’être appelé. Pour cause, le joueur des Carabins a fracassé, samedi dernier, le record pour le plus de réceptions pour un touché dans l’histoire de l’équipe, avec 12. Coïncidence : celui qui détenait cette marque, Mikhaïl Davidson, avait justement été repêché par les Alouettes, en 2015, au cinquième tour (40e au total).

«Je vais tout faire pour me faire repêcher, indique Normandin, déterminé. J’ai beaucoup de respect pour Mikhaïl, mais s’il a été repêché, je me dis que j’ai peut-être des chances aussi.»

Dans son équipe actuelle, Normandin peut aussi s’inspirer du receveur de passes Régis Cibasu, lequel a plutôt été choisi par les Argonauts de Toronto en troisième ronde (20e) lors du plus récent repêchage de la LCF, en mai dernier.

Peu importe ce que l’avenir réserve à Normandin, il faut savoir que son futur ne demeure toutefois pas relié au football uniquement. Loin de là.

«Je vais prendre les décisions qui seront le mieux pour moi», dit-il, précisant qu’il devrait logiquement revenir pour une cinquième saison avec les Carabins, l’an prochain.

Un autre plan

Rêvant d’une grande carrière dans le monde des finances, le joueur des Carabins est un étudiant d’exception. Il a d’ailleurs été, en 2017, l’un des huit étudiants-athlètes au Canada à former le top 8 académique U SPORTS. Cette reconnaissance lui a d’ailleurs valu une remise de prix avec la gouverneure générale du Canada, Julie Payette.

«C’est un moment que je n’oublierai jamais», de qualifier Normandin, à propos de sa rencontre avec celle qui fut astronaute en chef de l’Agence spatiale canadienne.

«C’est définitivement l’honneur individuel dont je suis le plus fier, commente par ailleurs le joueur des Carabins, qui collectionne pourtant les présences sur les équipes d’étoiles offensives au Québec et au Canada. Cette distinction ne regroupe pas seulement le football, mais aussi le niveau académique. J’aime dire que je suis un étudiant-athlète plutôt qu’un athlète-étudiant. Je ne suis pas à l’université pour d’abord jouer au football, je suis là pour me développer comme être humain.»

Malgré son avenir assuré dans le monde des chiffres, Normandin convient qu’il a encore quelques touchés à ajouter avant de se tourner définitivement vers les finances. D’abord avec les Carabins et pourquoi pas un jour dans l’uniforme des Alouettes? C’est son père Pierre qui en serait très fier. Ça lui ferait une bonne raison pour racheter des billets de saison.