Impact

Calin Calaidjoglu, une pépite qui brille plus que les autres

Publié | Mis à jour

L’Académie de l’Impact de Montréal est bourrée de talent. Mais parmi ces joueurs se trouve une pépite qui brille un tantinet plus fort que les autres : Calin Calaidjoglu.

Le jeune milieu offensif a connu un grand succès dans la catégorie U17 l’an dernier. À l'âge de seulement 17 ans, il a amorcé la saison sur les chapeaux de roue chez les U19.

«Tu es incapable après un entraînement ou un match de savoir s’il est gaucher ou droitier. Je le dis dans le bon sens du terme. Il a vraiment la qualité sur les deux pieds et une grosse, grosse aisance technique. Il possède une science du jeu, de l’initiative et de la reconnaissance de situation qui est largement au-dessus de la moyenne aussi. Sur le terrain, c’est donc quelqu'un qui peut souvent faire la différence», a observé le directeur de l'Académie de l'Impact, Philippe Eullaffroy.  

L’adolescent a déjà vu le monde. Né en Moldavie, petit pays entre la Roumanie et l’Ukraine, Calaidjoglu s'est installé avec ses parents dans la région de Montréal alors qu’il était en bas âge.

Avant de joindre l’Académie de l’Impact, il a pris beaucoup d’expérience ailleurs. Ses trois années au sein de la prestigieuse académie Marcet, en Espagne, lui ont appris autant le style de jeu que la langue du pays.

D'ailleurs, le jeune polyglotte parle l’espagnol, le catalan, le roumain, le français, l’anglais et un peu le russe.

«C’est sûr que, connaissant l’école espagnole et le côté technique intuitif de jeu collectif, son expérience là-bas n'a fait que fructifier ses grosses qualités, a mentionné Eullaffroy. On a récupéré un petit qui était encore plus à l’aise avec le ballon.»

Aujourd’hui, le talent de ce jeune académicien est évident, mais il a également des choses à travailler en raison de son petit gabarit.

«Sur le plan physique, il a encore beaucoup, beaucoup de progrès à faire, a reconnu le directeur de l'Académie. Dans son volume de jeu, il est beaucoup mieux. Maintenant, sans le ballon, il doit encore être encore un peu plus agressif et solide dans les duels "50-50".»

Selon Eullaffroy, Calaidjoglu est un joueur qui pourrait toutefois avoir la capacité d’éviter les duels physiques. Le principal intéressé avoue qu’il a avantage à développer cet aspect de son jeu.

«Je ne veux pas nécessairement éviter les duels, mais essayer de dribbler ou faire quelque chose pour éviter le contact, ça m’aide beaucoup», a expliqué Calaidjoglu.

Le jeune joueur possède un passeport européen et pourrait, s’il le désirait, joindre une équipe du Vieux Continent dès maintenant. Cela dit, son objectif est d’abord de porter le maillot du Bleu-blanc-noir.

«Mon objectif est de signer un contrat le plus tôt possible avec l’Impact et de prouver que je suis capable de faire la différence. Dans le futur, mon but serait d’aller en Europe et de jouer pour une très bonne équipe», a-t-il indiqué.

Dans la vidéo ci-dessus, voyez le reportage de Nicolas A Martineau sur Calin Calaidjoglu.