Crédit : Bill Streicher-USA TODAY Sports

Club de foot Montréal

La leçon est apprise

Publié | Mis à jour

Personne ne sera surpris d’apprendre que les joueurs de l’Impact de Montréal débordent de confiance après avoir battu l’Union de Philadelphie 4-1 sur son propre terrain, samedi.

Confiants mais pas arrogants par contre. Ils ont raison d’autant plus que la Major League soccer (MLS) commence à reconnaître la transformation qui s’opère depuis quelques mois.

Ainsi, Ignacio Piatti, Daniel Lovitz et Alejandro Silva (sur le banc) se sont tous taillé une place dans le XI de la semaine alors que Rémi Garde en a été nommé l’entraîneur.

Le XI de la semaine est déterminé par les experts du site de la ligue qui édite aussi son index de puissance hebdomadaire, où l’Impact figure au huitième rang. C’est toute une remontée!

Même scénario

Tout cela n’aurait peut-être pas été possible sans un revers de 3-1 contre le Toronto FC à la fin d’août. Dans ce match, l’Impact avait cédé dès la septième minute alors que l’Union a marqué à la 11e samedi dernier.

«Il y a quelques semaines contre Toronto, le match a commencé de la même façon. Nous avons eu quelques occasions décentes en territoire adverse dans les 10 premières minutes et on semblait être en contrôle de la situation», a décrit le gardien Evan Bush, mardi matin.

«Puis, ils ont marqué sur un coup de pied arrêté et on aurait pu s’effondrer à ce moment-là. Au contraire, on a contrôlé la situation et on a marqué un but lors d’une contre-attaque, ce qui leur a causé du souci.»

Rémi Garde a aimé voir son équipe garder son calme malgré l’ouverture du score par l’Union.

«À Toronto, on avait donné une réponse trop rapide et trop individuelle en voulant bien faire. On était sortis de ce qu’on voulait faire trop tôt dans le match à cause de ce but.

«À Philadelphie, ce que j’ai bien aimé, c’est qu’on a donné une réponse plus sereine. On a été plus patients et la réponse a été donnée de manière collective.»

Discussion

Si personne n’a évoqué le match à Toronto sur le terrain après le but de l’Union, cette défaite a maintes fois été évoquée dans le vestiaire.

«On a parlé de ce match avant la rencontre face aux Red Bulls, a révélé Bush. On savait qu’on ne pouvait plus se liquéfier après un but. Tout peut survenir à ce temps-ci de l’année.

«On a démontré qu’on a acquis de la maturité parce qu’après que Philadelphie eut accordé le premier but, ils étaient comme nous à Toronto et ils ont été effrayés.»

Tout ça a permis à l’Impact de remporter une première victoire cette saison après avoir accordé le premier but, ce qu’il avait été incapable de faire à 13 reprises jusque là (0-12-1).

Plan efficace

Garde avait un plan quand il s’est amené à la barre de l’équipe et sa vision commence maintenant à émerger.

«Je crois beaucoup au travail et aujourd’hui, ce que l’équipe est capable de faire, ce n’est pas uniquement parce qu’on a passé du temps ensemble, c’est parce qu’on a passé du temps à travailler ensemble et à essayer de construire quelque chose sur nos qualités.»

L’entraîneur-chef est l’architecte de cet effectif qui fonctionne bien ensemble depuis un moment et il avoue qu’il a dû mettre sa toque de chef pour trouver la bonne recette.

«Ça m’a pris un petit peu de temps pour déterminer dans quelle formule les joueurs pouvaient se sentir bien parce que finalement, c’est eux qui détiennent la clé sur le terrain.»