Entraînement Alouettes

Crédit : Martin Chevalier / JdeM

Alouettes

La défense et rien d’autre pour Henoc Muamba

Publié | Mis à jour

MONTRÉAL - Les nombreux changements de quart-arrière des Alouettes de Montréal depuis le début de la saison ne dérangent pas Henoc Muamba. Le secondeur ne se préoccupe que d’une chose : les performances de l’unité défensive.

«Au début de l’entraînement, quelqu’un m’a demandé qui était le quart partant et je ne le savais pas, a-t-il blagué après la séance d’entraînement des siens, mardi. Je ne me concentre pas là-dessus. Nous devons nous préoccuper de notre chimie et de notre communication en défense.»

«Si nous nous concentrons sur ce qui se passe en attaque ou au sein des unités spéciales, ça ne va pas nous aider», a-t-il ajouté.

À son avis, les joueurs défensifs des Oiseaux sont beaucoup plus à l’aise à ce stade-ci qu’ils ne l’étaient au début de la saison. «Nous nous comprenons davantage, a-t-il expliqué. Il y a une plus grande chimie entre nous. C’est ce qui nous donne la confiance de jouer comme on le fait dernièrement.»

«Au début, nous avions de bons et de moins bons matchs, a poursuivi Muamba. Nous voulions faire preuve de plus de régularité du début à la fin des rencontres.»

De l’aide de l’attaque

Les Alouettes ont accordé 30,9 points par match en moyenne depuis le début de la saison, ce qui leur confère l’avant-dernier rang dans la Ligue canadienne de football (LCF), légèrement devant les Argonauts de Toronto (31,5).

Il faut toutefois souligner que l’unité défensive montréalaise passe beaucoup de temps sur le terrain en raison des problèmes offensifs de l’équipe. La défense fait face en moyenne à 62,8 jeux par rencontre, un sommet dans la LCF.

«Notre défense est très solide, a affirmé le centre-arrière Patrick Lavoie. Il faut la soutenir offensivement. Si nous n’avons que 40 jeux en attaque, c’est sûr que la défense va mal paraître, car elle est toujours sur le terrain.»