Canadiens de Montréal

Les joueurs des Canadiens solidaires envers le capitaine

Publié | Mis à jour

Il y a un capitaine et il porte encore le numéro 67. Invités au tournoi de golf de Max Pacioretty, Jonathan Drouin et Nicolas Deslauriers ont réitéré leur confiance et leur soutien envers leur coéquipier qui reste au cœur de nombreuses tractations.

«Max fait encore partie de notre équipe et nous voulons le revoir, a dit Drouin. On sait qu’il a du talent et qu’il peut apporter de grandes choses à une équipe de hockey. Si un jour, il doit être échangé, il sera échangé. Mais pour l’instant, il est toujours notre capitaine et ça restera comme ça.»

«Nous aimons tous Max et ce qu’il amène à l’organisation, a renchéri Deslauriers. Il est l’un des meilleurs capitaines que j’ai eus. À mon arrivée à Montréal l’an dernier, il m’a ouvert les bras et il m’a vite accepté au sein de l’équipe. J’ai une bonne relation avec lui. Il est notre capitaine et il connaît le marché de Montréal. Nous restons là pour l’aider. Il sera prêt au camp, comme les autres joueurs.»

Souvenirs d’une grève

Drouin et Deslauriers ont joué de sagesse devant les nombreux micros. Jamais, ils n’ont parlé d’une relation houleuse entre Pacioretty et Marc Bergevin. Ils ont choisi les bons mots pour ne pas nourrir la bête. À leurs yeux, une réconciliation reste encore possible.

À sa deuxième saison avec le Lightning, Drouin s’était retrouvé au centre d’une controverse. Il avait refusé un renvoi dans la Ligue américaine avec le Crunch de Syracuse, passant plusieurs jours chez lui à réfléchir. Le Lightning l’avait alors suspendu.

Âgé de 20 ans seulement à cette époque, il s’était finalement résolu à réintégrer les rangs du Crunch au mois de mars, près de six semaines après le début de sa «grève». Steve Yzerman, le DG du Lightning, n’avait pas paniqué, refusant d’échanger trop rapidement le troisième choix au total du repêchage de 2013.

Yzerman avait rappelé Drouin en fin de saison. Le Québécois avait redoré son image avec de bonnes séries sous les couleurs du Lightning, obtenant 14 points en 17 rencontres.

«J’avais eu de bonnes discussions avec tout le monde à mon retour à Tampa, s’est-il remémoré. Quand tu reviens, tu dois clarifier certaines choses. Tu dois dire ce que tu n’as pas aimé pour mieux avancer. Je me rappelle d’avoir eu un déjeuner avec Jon Cooper. J’avais eu une grosse rencontre avec lui. Je parlais aussi souvent à Steve [Yzerman]. »

«Nous étions repartis sur de bonnes bases, a-t-il enchaîné. Il n’y avait pas de malaises à mon retour dans le vestiaire avec le Lightning. Nous cherchions des solutions. À mon retour, c’est comme si rien n’avait changé. Le climat était bon jusqu’au jour où le Lightning a finalement décidé de m’échanger.»

Ce jour, c’était le 15 juin 2017. Yzerman a patienté jusqu’au moment où il a reçu une proposition qu’il ne pouvait décliner. Le CH a attiré Drouin à Montréal en cédant Mikhaïl Sergachev, le premier choix de l’équipe en 2016 (neuvième au total).

Bergevin n’aura pas les mêmes cartes qu’Yzerman dans son jeu d’ici les prochains mois. Le DG du Tricolore aura intérêt à se décider rapidement puisque son capitaine pourrait devenir joueur autonome sans compensation à partir du 1er juillet 2019. Il y a le risque de le perdre pour absolument rien.

Zéro distraction

À la fin de la dernière saison, Pacioretty avait admis qu’un retour avec l’équipe sans une prolongation ne constituerait pas la meilleure option dans un marché bouillonnant comme celui de Montréal. À moins d’un revirement d’ici l’ouverture du camp à la mi-septembre, c’est le scénario qu’il vivra.

Cette situation ne devrait toutefois pas envenimer l’ambiance au sein du vestiaire.

«Ce serait un problème si nous voyions ça comme une distraction, a répliqué Drouin. Max a des choses à régler, mais ça ne change rien pour l’équipe.»

«Des fois, c’est achalant, mais ça reste la vie d’un joueur de hockey, a expliqué Deslauriers. Tous les joueurs vivent des situations contractuelles difficiles. J’ai traversé cette étape lors de la dernière saison avec le Canadien. J’ai négocié mon contrat dans les derniers mois du calendrier. Nous devons rester des professionnels, nous ne contrôlons pas toujours notre propre sort.»

Drouin compréhensif à l'endroit de Pacioretty - TVA Sports

 

«Un des meilleurs capitaines que j'ai eu» - Nicolas Deslauriers - TVA Sports

 

«On est là pour lui» - Charles Hudon - TVA Sports