Crédit : AFP

F1

Lance Stroll chez Force India la semaine prochaine?

Publié | Mis à jour

La scène est cocasse, mais elle reflète bien la réalité qui prévaut en F1.

Après sa magistrale (le terme n’est pas trop fort) performance à Spa-Francorchamps, où il a réalisé le troisième chrono le plus rapide lors de la dernière ronde des qualifications perturbée par la pluie, Esteban Ocon a échangé quelques mots avec Sebastian Vettel dans la zone des entrevues.

Des caméras ont capté la courte conversation et des sites spécialisés, dont nos confrères de Motorsport.com, ont rapporté leurs propos.

Le pilote Ferrari a demandé au Français s’il avait un volant pour l’an prochain.

«Non, pas pour l’instant, a répondu Ocon. Et assurément pas chez Force India. Le siège est pris.»

Vettel lui a demandé : par qui ? «Devine, a fait savoir Ocon. Celui qui a acheté ! Et l’autre sera occupé par celui qui apporte de l’argent.»

Ocon faisait évidemment allusion à Lawrence Stroll, le nouveau propriétaire de Force India qui fera courir son fils Lance, et au Mexicain Sergio Perez [son coéquipier actuel] qui jouit, depuis sa venue en F1, d’appuis financiers importants venus d’entreprises de son pays et, surtout, de la générosité de l’un des hommes les plus riches sur la planète, Carlos Slim.

Une visite à l’usine mardi?

Tout ça pour dire que la venue du pilote québécois chez Force India [Racing Point Force India, devrait-on écrire] n’est qu’une formalité. Et, de toute évidence, ce transfert pourrait s’effectuer plus tôt que prévu.

Plusieurs observateurs avaient insinué que Stroll pourrait changer de baquet au terme de la tournée européenne, soit à partir du Grand Prix de Singapour, le 16 septembre.

Or, des rumeurs persistantes laissent maintenant penser que le Montréalais pilotera sa nouvelle monture dès la semaine prochaine à Monza.

On chuchote que Stroll se rendra aux ateliers de Racing Point Force India ce mardi pour y faire mouler le siège de sa monoplace.

Kubica à sa place

Si tel était le cas, le pauvre Ocon se retrouverait sur la touche (sans possibilité de rouler chez Williams) et c’est Robert Kubica, qui n’a pas disputé un Grand Prix depuis la fin de 2010, qui comblerait le départ de Stroll.

Troisième pilote de l’écurie Williams, le Polonais a une clause dans son contrat qui stipule qu’advenant l’absence des deux pilotes titulaires, c’est à lui que doit être confié le volant.

Et qui sait ? Ocon aurait profité de l’occasion pour faire mal paraître Stroll et Sirotkin qui croupissent en queue de peloton. Les mauvaises langues diront en effet que l’équipe Williams aurait récolté plus que quatre points depuis le début de la saison si le Français avait été l’un de ses pilotes.

La prestation d’Ocon, samedi, n’a surpris personne. Surtout pas sur le circuit de Spa-Francorchamps, un tracé qui sépare les hommes des... enfants. Le pilote de 21 ans est considéré comme l’un des plus grands espoirs de la F1, un champion en devenir.

«Un pilote d’exception»

Outre Vettel, qui prétend que son jeune rival a tout pour réussir, Lewis Hamilton est lui aussi venu à la défense du pauvre Ocon. «Je suis un de ses grands fans, a dit le quadruple champion du monde. C’est un pilote d’exception. Toutefois, la réalité, en F1, c’est que certaines équipes préfèrent l’argent au pilote prometteur.»

«Cela veut probablement dire que notre sport est malade.»

«Dans la logique des choses, il faudrait que les meilleurs pilotes soient dans les meilleures voitures. Car, oui, Esteban fait partie des pilotes de pointe.»